Le coeur des hommes et des femmes vieillit différemment

  • A
  • A
Le coeur des hommes et des femmes vieillit différemment
@ AFP
Partagez sur :

Le coeur des hommes et des femmes vieillit différemment, montre une étude publiée mardi.

Selon une étude publiée mardi, le coeur des hommes et des femmes vieillit différemment. 

Un éclairage sur les différentes formes de défaillance cardiaque chez les deux sexes. Ces travaux, parus dans la revue américaine Radiology, n'expliquent pas vraiment les causes de ces variations mais pourraient donner un éclairage sur les différentes formes de défaillance cardiaque chez les deux sexes et conduire au développement de traitements plus ciblés, estiment ces chercheurs. "Nos résultats sont une démonstration éclatante de l'idée selon laquelle les maladies cardiaques pourraient avoir des causes différentes chez les hommes et les femmes, ce qui nécessiterait des traitements adaptés", souligne le Dr João Lima, professeur de radiologie à la faculté de médecine de l'Université Johns Hopkins, le principal auteur.

La méthode et le résultat. L'étude a consisté à analyser les IRM (imagerie par résonance magnétique) des coeurs vieillissant de près de 3.000 adultes âgés de 54 à 94 ans ne souffrant d'aucune maladie cardiaque. Ils ont été suivis durant dix ans et à la fin de cette période les chercheurs ont fait une nouvelle IRM,pour obtenir des images des coeurs en 3D.

Chez les deux sexes, le ventricule gauche, qui se remplit de sang oxygéné avant de le repousser vers le corps, se rapetisse avec l'âge. De ce fait, il y a moins de sang oxygéné entrant dans le coeur et qui est renvoyé dans l'organisme. Chez les hommes, l'étude révèle que le muscle entourant cette cavité grandit et s'épaissit en vieillissant tandis que pour les femmes il a tendance à se réduire. Un épaississement de ce muscle et une réduction du volume du ventricule gauche accroissent le risque de défaillance cardiaque. Mais ces observations suggèrent que cette pathologie pourrait se développer différemment chez les hommes et les femmes, jugent les chercheurs.