IVG : comment lutter contre les idées reçues ?

  • A
  • A
IVG : comment lutter contre les idées reçues ?
@ PIERRE ANDRIEU / AFP
Partagez sur :

BESOIN D’INFORMATION - Le ministère de la Santé va lancer un numéro vert pour mieux informer les jeunes couples sur l’avortement. 

L’interruption volontaire de grossesse (IVG) existe depuis maintenant 40 ans (Loi Veil) en France et pourtant, les idées reçues sur le sujet ont encore la dent dure. Près d’un Français sur cinq est persuadé qu’une femme qui décide de subir un avortement doit absolument avoir l'autorisation de son conjoint.

De nombreuses idées reçues. Ils sont à peu près aussi nombreux à affirmer qu’il faut avoir une bonne raison médicale ou professionnelle pour avoir recours à l’IVG. Et quand on interroge tout particulièrement les étudiants, on se rend compte que certains jeunes sont encore mal informés. "Pour moi, quand on est mineur, il faut demander à ses parents", affirme une jeune femme. "Si on est majeur, il faut demander à son compagnon", pense une autre. "En avortant, on peut avoir beaucoup moins de chances d’avoir des enfants par la suite", lance une troisième. Ces trois affirmations sont bien évidemment fausses ! Chaque femme mineure ou majeure peut décider d'avorter sans avoir à demander l'autorisation à quiconque, c'est un droit, et puis aucune justification ne doit être exigée.

Les complications médicales, l’idée la plus répandue. Selon le Docteur Michel Teboul, responsable du plus grand centre IVG d'Ile-de-France, à l'hôpital Cochin à Paris, les complications médicales restent l’idée la plus persistante. "C’est une idée reçue qui date de l’époque de l’avortement clandestin qui était tellement mal fait", explique-t-il. "Du coup, oui, il y avait un risque de stérilité et il y avait même des décès. D’un point de vue strictement médical, c’est aujourd’hui un acte des plus banals. On a moins de risques à avorter qu’à faire une appendicite".

Un numéro vert mis en place. Pour justement mieux lutter contre ces idées reçues, et surtout pour que chaque femme puisse s'informer, le ministère de la Santé va annoncer lundi matin la création d'un numéro d'appel gratuit* d'accès à l'information sur l'interruption volontaire de grossesse (6 jours sur 7, du mardi au samedi de 9h à 20h et le lundi de 9h à 22h). 

* Numéro vert d'information IVG : 0.800.08.11.11