Il y a trop d'arrêts maladie à cause des lombalgies, une campagne est lancée

  • A
  • A
Il y a trop d'arrêts maladie à cause des lombalgies, une campagne est lancée
Image d'illustration, une patiente souffre de douleurs dans le dos. @ JEAN-PIERRE MULLER / AFP
Partagez sur :

Les arrêts liés aux lombalgies représentent 24 % du total des indemnités journalières versées chaque année par la Sécu. Soit un total de 3 milliards d'euros. 

Chaque année, un Français sur deux souffre de lombalgie, ce mal du bas du dos devenu aujourd'hui véritable enjeu de santé publique. Et un cas de lombalgie sur cinq donne lieu à un arrêt de travail, souligne Le Parisien. Pour cibler ces lombalgies et réduire le nombre d'arrêts de travail qui en découlent, l'Assurance maladie lance une campagne de prévention. Car, ces arrêts plombent le budget annuel de la Sécurité sociale... qui essaie justement de faire des économies.

Une pathologie coûteuse pour la Sécu. A cause des lombalgies, 6.700 Français sont arrêtés plus de six mois chaque année. Pour la Sécurité sociale, cela représente 24% du total des indemnités journalières versées sur un an. Soit un total de 3 milliards d'euros. Dans ce contexte, l'Assurance maladie lance un plan de prévention pour "éviter aux patients que les lombalgies ne deviennent chroniques", explique au Parisien Dominique Polton, directrice de la stratégie, des études et des statistiques de la Caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés (Cnamts).

Eviter que la lombalgie devienne chronique. Pour éviter la chronicisation de la lombalgie, les patients pourront par exemple être dirigés vers des spécialistes, tels des rhumatologues. Car actuellement, "le recours au spécialiste est souvent tardif", observe l'Assurance maladie. Les malades ont tendance à se tourner précocement vers la kinésithérapie (37% des patients en arrêt), au lieu d'aller consulter un rhumatologue par exemple (seuls 15 % des patients entre un et trois mois d'arrêt maladie). Enfin, cette campagne de prévention prévoit que les médecins pourront distribuer des recueil synthétisés du "Livre du dos", une étude britannique qui fait référence sur le sujet.