Il sauve une automobiliste au péril de sa vie : "Je ne suis pas un héros"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Dimanche à Marseille, Denis, 24 ans, a sauvé Ghalia, une mère de famille prise au piège dans sa voiture par une subite montée des eaux due à des pluies diluviennes.  

TÉMOIGNAGE EUROPE 1

S'il refuse à se définir comme tel, Denis est un véritable héros. Dimanche, des pluies diluviennes se sont abattues sur Marseille. A tel point que Ghalia, une mère de famille, a été prise au piège dans sa voiture sur le boulevard de Plombières en pleine nuit. Denis, un jeune homme de 24 ans, est parvenu à la sauver grâce à un véritable geste de bravoure.

"J'ai vu la mort". Chez Ghalia, le traumatisme est toujours visible, avec ses ecchymoses sur les bras dues à ses tentatives paniquées de fracturer les vitres électriques de sa voiture qui étaient bloquées. Impossible par ailleurs d'ouvrir la portière à cause de la force de l'eau qui montait. 

"J'ai vu la mort. D'un coup la voiture s'est éteinte. Elle a commencé à flotter, l'eau commençait à monter. J'ai pris mon téléphone et j'ai appelé les pompiers. J'ai commencé à crier, à pleurer : 'Monsieur, aidez-moi. Je suis en train de me noyer, je n'arrive pas à sortir.' L'eau est arrivée jusqu'à ma bouche et d'un coup, je vois ce jeune devant moi", raconte-t-elle au micro d'Europe 1.

"Je lui ai dit de ne pas s'inquiéter, qu'on allait s'en sortir." Ce jeune homme, c'est Denis, militaire de formation, qui plonge dans le torrent sans hésiter. Athlétique, la tête sous l'eau, il résiste au courant. "Fais-moi confiance, je te sors de là", dit-il alors à Ghalia.

"Quand je suis arrivé dans l'eau, je n'avais quasiment plus pied. J'ai essayé de casser la vitre, je n'ai pas réussi. J'ai tiré, tiré. La porte est venue et de là, je l'ai sortie. Elle était paniquée. Je lui ai parlé, je lui ai dit de ne pas s'inquiéter, qu'on allait s'en sortir. Je me suis mis sous l'eau et je l'ai tenue hors de l'eau pour qu'elle ne boive pas la tasse", se souvient-il.

"Je ne suis pas un héros". "Je n'avais plus de force, j'étais tétanisé, j'avais froid et je me suis accroché jusqu'à ce que les pompiers arrivent", poursuit le jeune homme. "Je ne suis pas un héros. Il y en a plein des héros. Là, c'était l'occasion de sauver une personne dans ma vie." Ghalia, elle, considère désormais Denis, son ange gardien, comme son fils.