Risque de cancer du sein : faut-il se passer des déodorants ?

  • A
  • A
Risque de cancer du sein : faut-il se passer des déodorants ?
Partagez sur :

Selon une étude suisse révélée lundi par Europe 1, de nombreux déodorants contiendraient des sels d’aluminium. Une substance qui provoque des tumeurs. 

La composition des déodorants inquiète. Selon une étude suisse révélée par Europe 1 lundi matin, des sels d’aluminium contenus dans 80% de ces produits seraient extrêmement dangereux. Ils favoriseraient le développement de tumeurs et métastases.

  • Est-ce que ce sujet est nouveau ?

Non. Il ne s’agit pas de la première étude sur le danger des sels d’aluminium. En 2011 déjà, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) recommandait de ne pas utiliser les sels d’aluminium sur une peau lésée.

  • Que disent les autorités sanitaires ?

Selon la nouvelle Assaps, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), il faut limiter à 0,6% la concentration des seuls d’aluminium. Problème, ce taux n’est jamais mentionné sur les déodorants. Il est donc impossible de savoir ce que contient votre anti-transpirant quand vous l’achetez en boutique.

  • Faut-il se passer des déodorants ?

"Je pense qu’on a besoin d’expériences supplémentaires", assure le Professeur André Pascal Sappino qui a dirigé cette étude. "Si elles confortent encore notre théorie sur ces sels d’aluminium, j’espère que les autorités prendront des mesures plus strictes". Mais pour le moment ? Que faire ? "Les expériences sont tellement concordantes et sérieuses en termes d'effet que ça nous impose un principe de précaution", estime l’oncologue Pascal Sappino qui conseille aux femmes de ne pas utiliser ces déodorants.

  • Est-il évident de trouver le bon déodorant ?

Si la concentration des sels d’aluminium n'apparaît pas sur les étiquettes des déodorants, il y est tout de même noté leur présence. Le journal Le Parisien a mené l’enquête dans un supermarché de Clichy-la-Garenne. Au milieu des 200 références de déodorants différentes (150 pour les femmes et 50 pour les hommes), seules 9 marques parmi les cosmétiques féminins et 4 dans les rayons hommes n’utilisent pas des sels d’aluminium. La marque So’bio met carrément en avant cette absence de sels d’aluminium. Mais dans les rayons du supermarché, c’est aussi l’anti-transpirant… le plus cher. Du côté des messieurs, Mennen et Williams proposent tous les deux des sticks sans sel d’aluminium.