Et si on pouvait arrêter de vieillir ?

  • A
  • A
Et si on pouvait arrêter de vieillir ?
@ REUTERS
Partagez sur :

SCIENCES - Des chercheurs disent avoir réussi à "rajeunir" des souris. Des premiers tests "prometteurs" ont aussi été menés chez l'Homme.

L'un des plus vieux fantasmes de l'Humanité est-il en passe de devenir une réalité ? Des chercheurs américains et australiens assurent avoir trouvé le moyen d'inverser le processus de vieillissement chez les souris. Ils auraient aussi mené des premiers tests "prometteurs" sur des humains. Explications.



Qu'est-ce que cette étude ? Des scientifiques de l'université de Harvard, aux Etats-Unis, et de l'université de la Nouvelle-Galles du Sud, en Australie, pensent avoir trouvé comment inverser le processus du vieillissement, a révélé ABC Australia mardi. "Nous avons découvert les gènes qui contrôlent la façon dont l'organisme lutte contre le vieillissement", explique le généticien David Sinclair qui a dirigé l'étude. "Or si vous activez ces gènes de la bonne façon, ils peuvent avoir des effets extrêmement puissants et même inverser le processus du vieillissement – du moins chez les souris ", a expliqué le professeur.

>> A LIRE AUSSI : Le travail en horaires décalés accélère le vieillissement

Comment ça marche ? D'après le généticien, remplacer les gènes âgés des souris par une molécule appelée "NMN" a permet d'inverser complètement le processus du vieillissement en moins d'une semaine au niveau musculaire. "Maintenant, nous cherchons à voir s'il est possible d'inverser l'ensemble des effets du vieillissement", a précisé David Sinclair.  

Et chez les humains ? Le professeur pense que l'avancée pourrait permettre de mettre au point des médicaments destinés à rajeunir les cellules humaines. Des tests cliniques à petite échelle ont d'ores et déjà été menés sur des hommes et les résultats sont "prometteurs" d'après le scientifique. "Certains disent que c'est se prendre pour Dieu, mais si on avait demandé à quelqu'un il y a 100 ans ce qu'il pensait des antibiotiques, on aurait certainement eu le même genre de propos", plaide le généticien.