L'AVC chez le jeune adulte s'expliquerait par les gènes

  • A
  • A
L'AVC chez le jeune adulte s'expliquerait par les gènes
@ Maxppp
Partagez sur :

SANTÉ - L'AVC chez les jeunes adultes, un phénomène rare, serait lié à la génétique.

Avec 3 cas pour 100.000 habitants, les accidents vasculaires cérébraux (AVC) arrivent rarement chez les jeunes adultes. Mais c'est assez pour que des médecins tentent d'expliquer les dissections des artères cervicales, principale cause de l'AVC chez ces sujets. Des chercheurs de l'Inserm, de l'Institut Pasteur-Lille et de l'Université de Lille ont ainsi démontré le rôle de plusieurs gènes dans l'apparition ou non des AVC. Leur étude, parue dans Nature Genetics et rapportée par l'Inserm, a analysé le patrimoine génétique de 2.052 malades originaires de 12 pays et l'ont comparé au patrimoine génétique de 17.064 personnes saines.

>> LIRE AUSSI - Les jeunes de plus en plus touchés par les AVC

Quand l'artère se déchire, puis, se bouche. Chez le sujet jeune, l'AVC est très souvent provoqué par une dissection des artères carotides ou vertébrales. Un saignement fait son apparition au sein de la paroi de l'artère,  ce qui provoque son "déchirement". Mais le vaisseau ne rompt pas pour autant. Le saignement se poursuit et un hématome apparaît. Ce dernier va peu à peu boucher l'artère, empêchant la circulation du sang. L'AVC survient alors.

LRP1, LNX1 et PHACTR1. Les chercheurs ont démontré qu'une forme particulière du gène PHACTR1 était associée à un moindre risque d'avoir une dissection des artères. 

Au contraire, deux autres gènes, LRP1 et LNX1, seraient potentiellement associés au risque de dissection des artères. Le premier est déjà associé au risque de migraine et d’anévrisme de l'aorte abdominale. Mais les chercheurs se veulent prudents et en appellent à d'autres études pour confirmer cette découverte.

>> LIRE AUSSI - Le manque de vitamine C augmenterait le risque d'AVC

Une maladie qui aurait plusieurs explications. Les causes des dissections d'artères sont inconnues. Les médecins avancent cependant le rôle potentiel de plusieurs facteurs. L'hypothèse qui a leur faveur serait une anomalie présente dans l’élasticité des parois des vaisseaux. Mais chez certains patients, les migraines, l'hypertension, des infections ou des traumatismes (chute de vélos, port de charges lourdes, coups sur les cervicales) favoriseraient la dissection d'artères, donc l'AVC. Désormais, grâce à l'étude des chercheurs lillois, on sait que le génome est susceptible de jouer un rôle.

Grâce à cette étude,"nous espérons parvenir à identifier plus rapidement les personnes à risque", se félicite Philippe Amouyel, épidémiologiste qui a dirigé l'étude. Il souhaite aussi "trouver des solutions pour prévenir les conséquences fonctionnelles majeures associées à la survenue d’une attaque cérébrale chez l’adulte jeune".

Douleurs inhabituelles dans le cou et à la tête. Les symptômes d'une dissection surviennent à l'endroit de la dissection, au cou et à la tête, avec des douleurs inhabituelles. Ensuite surviennent les symptômes de l'AVC : perte de sensibilité, troubles de la vision, paralysie. 

>> LIRE AUSSI - AVC : les femmes plus touchées que les hommes