Comment l’Afrique de l’Ouest peut-elle endiguer le virus Ebola ?

  • A
  • A
Comment l’Afrique de l’Ouest peut-elle endiguer le virus Ebola ?
Les pays d'Afrique de l'Ouest tentent d'enrayer la maladie@ Reuters
Partagez sur :

Le sommet d’Accra, au Ghana, s’est achevé jeudi, entérinant une meilleure coordination pour lutter contre la maladie qui a fait 467 morts.

Après le sommet qui s’est tenu à Accra, au Ghana, douze pays d’Afrique de l’Ouest ont convenu d’un plan de lutte commun contre la fièvre hémorragique qui a fait 467 morts depuis le mois de janvier. Médecins sans Frontières s’était inquiété la semaine dernière de cette épidémie jugée "hors de contrôle". Jeudi, l’OMS a estimé qu’elle pourrait continuer pendant encore "plusieurs mois" dans certains endroits. Europe 1 détaille les solutions possibles pour éradiquer la maladie dans cette région.

Mieux impliquer la population locale

C’est LE point qui pose problème dans cette épidémie d’Ebola. Selon les experts présents au sommet d'Accra, les croyances traditionnelles encore très ancrées dans de nombreux villages favorisent la propagation du virus. Les rituels funéraires notamment, où les parents et amis sont en contact direct avec le corps du défunt, jouent un rôle important dans la transmission. Daniel Epstein, un des porte-parole de l’OMS, expliquait pour Europe 1 que les populations locales "n’écoutent pas les étrangers. Changer les pratiques qui favorisent la propagation de l’Ebola, comme les funérailles ou d’autres rites sociaux, est quasiment impossible".

Les ministres de la Santé ont donc décidé d'impliquer davantage les chefs locaux auprès des populations à risque, des chefs bien plus influents que les experts médicaux internationaux dans les régions les plus reculées, selon Abdulsalami Nasidi, du centre nigérian de contrôle des maladies, un des délégués au sommet.

Pour tenter de dépasser ce problème, l’OMS fait de plus en plus souvent appel à des anthropologues, selon RFI. Leur tâche est de concilier les coutumes locales et les recommandations sanitaires. "Mon rôle c'est d'abord une écoute des populations", explique Alain Epelboin, anthropologue pour l’OMS. "Au moment des deuils notamment, on essaye de faire respecter les coutumes, les rites de condoléances et proposer des aménagements de protocoles."

Mieux équiper les hôpitaux

Si les hôpitaux et cliniques avaient les moyens de mettre systématiquement en quarantaine les patients atteints d’Ebola et de mieux protéger leur personnel soignant, nul doute que la maladie aurait pu être mieux contrôlée. "Certains médecins ont été infectés par le virus", raconte Daniel Epstein. Un fonds d’urgence devrait donc être débloqué après le sommet d’Accra : 10 millions de dollars pour renforcer les structures de soins dans les foyers les plus graves.

Mieux surveiller les transports

Au mois de mars-avril, l’épidémie semblait être sous contrôle. Mais, comme l’explique Sylvain Baize, virologiste à l’Institut Pasteur de Lyon et directeur du Centre nationale de référence des fièvres hémorragiques, "la surveillance (contrôle dans les gares routières, ports et aéroports, campagne d’information dans les médias) s’est relâchée".

Ebola

© Reuters


Or, l’épidémie s’est déclarée à la frontière de trois pays, la Guinée, le Sierra Leone, le Liberia, et les populations locales voyagent beaucoup. Selon RFI, des mesures ont été prises dans certains pays, comme le Sénégal, pour éviter cette transmission transfrontalière. Le marché de Diaobé, dans le sud du Sénégal, est suspendu depuis le mois de mars, pour éviter que les commerçants et les camions de marchandises ne transportent la maladie.

Mieux coordonner les pays

"Plus de 60 foyers sur trois pays" ont déjà été répertoriés, s’alarme Antoine Gauge, responsable adjoint des programmes de la cellule d’urgence de MSF-Suisse. "Les foyers deviennent trop nombreux. A chaque fois il faut mettre en place un centre de prise en charge, un suivi des contacts, une sensibilisation, une gestion des funérailles pour pouvoir stopper la chaîne de transmission de l'épidémie".

Retrouver les malades et leurs proches possiblement infectés est une véritable gageure dans cette région où les populations voyagent beaucoup. Une meilleure coordination entre les pays est donc essentiel, comme le montre l’organisation du sommet d’Accra, qui a réuni les trois pays foyers de la maladie, mais également neuf autres, indirectement concernés.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

TROIS QUESTIONS A - "Il peut y avoir des cas isolés en Europe"

EPIDEMIE - Afrique : 337 mort de l'Ebola en six mois

CRISE - Virus Ebola : des équipes françaises en Guinée

CARTE - Fièvre Ebola : les zones à éviter en Afrique

CONTAGION - L'Ebola a atteint la capitale de Guinée

ÉPIDÉMIE - Faut-il s'inquiéter de l'épidémie d'Ebola ?

ANALYSE - Pourquoi l'Ebola inquiète la Guinée