Comment des chercheurs espèrent réveiller des patients en état de mort cérébrale

  • A
  • A
Comment des chercheurs espèrent réveiller des patients en état de mort cérébrale
Tous les patients seront en état de mort cérébrale.@ AFP
Partagez sur :

Des scientifiques veulent déclencher une régénération des neurones du cerveau en testant différentes thérapies.

Science-fiction ou nouvel espoir ? Une entreprise américaine va étudier les possibilités de ramener à la vie des patients en état de mort cérébrale, rapporte Sciences et Avenir. En avril, Bioquark Inc, a en effet reçu l’autorisation de mener une étude en Inde, baptisée ReAnima, sur 20 patients. Tous en état de mort cérébrale donc, après un grave traumatisme crânien. Tous gardés en vie artificiellement. L’entourage des patients, âgés entre 15 ans et 65 ans, devra donner son accord, a assuré l’entreprise qui prévoit de collecter des informations sur une période d’un an. C'est un réel enjeu puisque la définition de la mort n’est plus l’arrêt du cœur - arrive en effet à le relancer - mais bien l’arrêt du cerveau.

Regénerer les neurones. Pour tenter d’y parvenir, les chercheurs vont associer plusieurs types de thérapies : une injection dans la moelle épinière de peptides, ces protéines produites par le cerveau, et une injection de cellules souches dans le cerveau. Aussi un traitement laser sera également testé ainsi qu’une stimulation nerveuse du nerf médian, le nerf du bras et de la main.  Les chercheurs espèrent ainsi déclencher une régénération des neurones du cerveau.

Pour les victimes d’AVC ? "Il ne faut pas croire que l’on va réveiller les morts", prévient toutefois Gérald Kierzek, médecin urgentiste, chroniqueur santé pour Europe 1. Selon lui, les résultats de l’étude pourraient davantage servir dans le cas de personnes victimes d’un accident vasculaire cérébral, pour régénérer une partie des neurones. "La technique d’injection des cellules souches, ces cellules non différenciées qui vont ensuite fabriquer d’autres cellules spécialisées, est assez classique", explique-t-il. "Des essais cliniques ont déjà été réalisés sur des souris. On a longtemps pensé que lorsque les neurones étaient morts c’était fini, mais des études ont montré qu’il était possible d’en re-fabriquer."

Une question d’éthique. Reste que l’étude soulève de vrais interrogations éthiques. "Pourquoi réaliser cet essai clinique en Inde et non aux Etats-Unis", se demande Gérald Kierzek. Aussi, le cerveau est le siège de la pensée et de l’âme, contrairement au cœur qui est dans un rôle mécanique. "Prélever des cellules souches d’un cordon ombilical pour créer des neurones dans le cerveau d'un patient, cela pose également question", ajoute le médecin.