Claude Evin : l'assouplissement de la loi, "un mauvais signal"

  • A
  • A
 Claude Evin : l'assouplissement de la loi, "un mauvais signal"
@ AFP
Partagez sur :

L'ancien ministre de la Santé estime qu'autoriser l'information œnologique ouvre la porte à "n'importe quoi". 

"Sous couvert d'oenotourisme, on pourra écrire n'importe quoi concernant un vin, un alcool", a regretté Claude Evin au micro d'Europe 1 au lendemain de l'assouplissement de la loi qui porte son nom en commission à l'Assemblée. Un amendement dans le projet de loi santé distingue, en effet, publicité et information sur le vin.

L'alcool, "pas un produit de consommation courante". "C'est un amendement qui donne un mauvais signal, un signal à l'encontre de l'intérêt de la sa santé publique", a réagi Claude Evin mardi sur Europe 1. "Je suis tout à fait sensible à l'argument selon lequel il est nécessaire de défendre les régions de production. Mais on ne traite pas les alcools d'une manière générale comme on traite un produit de consommation courante", a fustigé l'ancien ministre socialiste. Pour lui, en assouplissant la loi Evin, "on crée un espace dans lequel on pourra, sous couvert d'eonotourisme, écrire n'importe quoi concernant un vin, un alcool", a-t-il regretté.

A qui profitera cet assouplissement ? Claude Evin, désormais avocat, a sa petite idée : "derrière, il y a d'autres intérêts qui ne sont pas les intérêts des régions viticoles. Ce sont les intérêts des métiers de la publicité", a-t-il dit avant d'ajouter : "je trouve dommage que les parlementaires se soient embarqués dans cette affaire".

"Une mise à mort de la Loi Evin". "C'est une catastrophe, c'est une mise à mort de la Loi Evin dans sa dimension alcool", a, de son côté, dénoncé le Pr Michel Reynaud, chef du service addictologie à l'Hôpital Paul-Brousse de Villejuif. "La pub qui fait rêver et qui s'insinue est la plus dangereuse", a-t-il mis en garde en dénonçant "un choix politique" motivé par le fait que "la viticulture représente beaucoup". Le professeur a aussi laissé entendre que l'opposition de Marisol Touraine à cet assouplissement était purement formel : "c'est peut-être un rôle que l'on fait jouer à Marisol Touraine", a-t-il estimé.Mardi, la ministre de la Santé a jugé "désastreux" l'assouplissement de la loi.

Un assouplissement approuvé par Macron. Dans la nuit de lundi à mardi, les députés ont décidé en commission d'assouplir la loi Evin. La promotion du patrimoine viticole français sera désormais possible. Si la publicité sur les boissons alcoolisées reste interdite, les informations dites "œnologiques" vont être possibles.

Pour Emmanuel Macron, cela "ne contrevient pas aux objectifs de santé publique". "Il faut permettre à certaines régions et aux emplois qui vont avec de défendre leurs intérêts", estime le ministre qui rappelle qu'en Alsace, en Bourgogne, en Bordelais, "des femmes et des hommes travaillent dans ce secteur". 

La ministre de la Santé "Marisol Touraine défend sa logique ministérielle" mais pour Emmanuel Macron, il "faut laisser des parts de l"économie respirer et l'oenotourisme en fait partie".