Cinq idées reçues sur la pilule du lendemain

  • A
  • A
Cinq idées reçues sur la pilule du lendemain
@ AFP
Partagez sur :

LE VRAI DU FAUX - Un sondage publié vendredi montre que les Françaises connaissent très mal cette contraception orale d'urgence.

Les pilules du lendemain sont désormais toutes accessibles sans ordonnance. Après le lévonorgestrel (commercialisé sous les noms de Norlevo ou de son générique Lévonorgestrel Biogaran), une seconde pilule de contraception d'urgence, à base d'ulipristal acétate (l'ellaOne), est aujourd'hui à disposition en pharmacie. Un obstacle de moins pour les femmes quand on sait qu'une grossesse sur trois n'est pas désirée.

Encore faut-il bien connaître cette contraception d'urgence orale. Un sondage réalisé par Harris Interactive publié vendredi montre justement une vraie méconnaissance des Françaises sur la pilule du lendemain. A la fois sur son mode d'action, son efficacité ou encore les délais dans lesquels elle peut être prise.

>>> Europe 1 passe en revue cinq idées fausses sur la pilule du lendemain :

La pilule du lendemain fait avorter. 78% des Françaises pensent que la pilule du lendemain empêche l'implantation de l’œuf fécondé dans l'utérus et 44% qu'elle équivaut à une interruption de grossesse. Deux affirmations totalement fausses. En fait, la seule fonction de la pilule du lendemain, c'est de bloquer ou retarder l'ovulation après un rapport sexuel non ou mal protégé, pour empêcher une fécondation.

La pilule du lendemain doit être prise le lendemain. Là encore, les Françaises ont des idées reçues. Deux femmes sur dix pensent qu'il faut obligatoirement la prendre le lendemain du rapport sexuel à risque.En fait, le levonorgestrel (Norlevo et génériques) et l'acétate d'ulipristal (EllaOne) peuvent être utilisées au maximum 3 à 5 jours après le rapport sexuel non protégé. Mais en cas de préservatif qui craque ou de pilule oubliée, mieux vaut filer à la pharmacie le plus rapidement possible. Plus la pilule sera prise tôt après le rapport à risque, plus elle sera efficace.

La pilule du lendemain rend stérile. Plus d'une femme sur 10 pense que ce contraceptif oral d'urgence a des effets sur la fertilité. Une affirmation, là aussi, totalement fausse. "Il  n'y a aucune incidence sur la fécondité future. La pilule du lendemain a une action uniquement sur les ovaires sur le cycle en cours", détaille le docteur Guffroy, du centre de planification à Lille.  

La pilule du lendemain est gratuite. Non. Accessible sans ordonnance, son prix varie entre 7 et 20 euros, en fonction de la pilule choisie. Depuis une loi de 2000, les mineures peuvent se faire délivrer gratuitement une contraception d'urgence dans une pharmacie sans le consentement des parents. Cette contraception peut également être délivrée par les infirmières scolaires.

La pilule du lendemain est réservée aux majeures. Non. Depuis une loi de 2000, la pilule du lendemain est même gratuite pour les mineures. Le pharmacien est obligé de la délivrer, anonymement et sans le consentement des parents.

>> LIRE AUSSI - Les pilules de 3e et 4e génération en baisse, les embolies aussi

>> LIRE AUSSI - IVG : les mesures pour améliorer l'accès partout en France

>> LIRE AUSSI - Pilule du lendemain : les ados en abusent-elles ?