Cigarette électronique : les ados pourraient devenir accros

  • A
  • A
Cigarette électronique : les ados pourraient devenir accros
@ AFP
Partagez sur :

NOUVELLE ADDICTION - Prometteuse pour aider les fumeurs à renoncer au tabac, la e-cigarette peut créer une accoutumance à la nicotine chez les adolescents.

La cigarette électronique est-elle à mettre entre toutes les mains ? Si les responsables sanitaires reconnaissent que la cigarette électronique peut pour aider les fumeurs à renoncer au tabac, ils mettent en garde contre l'accoutumance à la nicotine qu’elle risque de développer chez les adolescents.

Une nouvelle façon de "goûter à la nicotine" ? Une récente enquête aux Etats-Unis, portant sur plus de 40.000 lycéens, a montré que 8,7% des jeunes de 14 ans avaient fumé des cigarettes électroniques le mois précédent. La proportion atteignait 16,2% et 17,1% chez les 16 et 18 ans respectivement. En comparaison 4% des 14 ans, 7% des 16 ans et 14% parmi les 18 ans, avaient fumé des cigarettes. "C'est inquiétant car cela pourrait être la seule et nouvelle façon de goûter à la nicotine ouvrant la voie à une accoutumance et au tabagisme", estime Wilson Compton, directeur adjoint de l’Institut national américain d’abus de drogues.

>> LIRE AUSSI - Tabagisme : l'e-cigarette pas très efficace

"Profondément préoccupant". « Si des adolescents qui n'ont jamais fumé de tabac se mettent à utiliser des cigarettes électroniques, cela est profondément préoccupant car ils s'exposent délibérément à la nicotine, une substance provoquant une puissante accoutumance", estime Roy Harrison, professeur de santé environnementale à l'Université de Birmingham.

>> LIRE AUSSI - E-cigarettes : l'OMS prône l'interdiction aux mineurs

De plus en plus courant. L'été dernier, un rapport des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) indiquait que l'usage de la cigarette électronique chez les jeunes non-fumeurs a triplé de 2011 à 2013. "Non seulement la nicotine est très addictive, mais elle peut toucher le développement du cerveau chez l'adolescent", mettait alors en garde les CDC.