Cannabis à l'adolescence = problèmes de croissance ?

  • A
  • A
Cannabis à l'adolescence = problèmes de croissance ?
cannabis joint@ AFP
Partagez sur :

Selon une étude, les ados qui consomment du cannabis depuis la puberté mesurent 10 cm de moins.

De nouveaux arguments scientifiques, s'il en fallait, contre la consommation de cannabis chez les adolescents : une étude présentée au Congrès européen d'endocrinologie qui se déroule actuellement à Dublin, montre que les adolescents qui fument du cannabis sont sujets à des problèmes de croissance. Explications.

Des kilos et des centimètres en moins. L'étude a suivi plus de 430 jeunes garçons jusqu'à l'âge de 20 ans : la moitié était des fumeurs réguliers de cannabis, l'autre non. Tous ont été pesés et mesurés régulièrement, ils ont aussi eu des prises de sang et des prélèvements de salive. Les résultats sont édifiants : ceux qui ont consommé du cannabis depuis la puberté pèsent en moyenne 4 kilos de moins. Surtout ils sont beaucoup plus petits : de 10 cm en moins en moyenne.

Un stress biologique ? Alors comment expliquer une telle différence ? L'hypothèse principale est que le cannabis entraîne une sorte de stress biologique sur l'organisme des ados en pleine croissance. Avec, par exemple, une augmentation du taux de testostérone qui accélère la puberté tout en bloquant la croissance. "La testostérone qui est l'hormone de la puberté permet d'accélèrer la croissance mais accélère aussi la consommation des cartilages de croissance. Du coup, cela entraine une poussée de croissance qui est probablement d'une durée plus courte", a expliqué à Europe1 le Dr Isabelle Flechtner, pédiatre- endocrinologue à Paris

L'étude montre aussi un taux plus important de cortisol chez les fumeurs. "C'est une hormone du stress que tout le monde fabrique mais quand on fabrique du cortisol en excès, cela a un effet de frein sur la croissance", a précisé la pédiatre-endocrinologue.

Des arguments de plus. Ces effets néfastes du cannabis pendant la puberté viennent s'ajouter à une longue liste de conséquences déjà connues sur les adolescents. Il faut savoir, par exemple, que chez les garçons qui consultent pour une poussée mammaire, très souvent, une consommation de cannabis est en cause.