Cancer du sein : un "effet Angelina Jolie" sur les dépistages

  • A
  • A
Cancer du sein : un "effet Angelina Jolie" sur les dépistages
@ REUTERS
Partagez sur :

GOOD BUZZ - L’actrice américaine a eu recours à une double mastectomie l’année dernière. Depuis, le nombre de consultations aurait doublé. 

En mai 2013, Angelina Jolie décidait de rendre publique sa double mastectomie. Une ablation des deux seins préventive qui aurait eu des effets très bénéfiques sur des milliers de femmes. Selon une étude publiée dans la revue Breast Cancer Research,  le nombre de dépistages aurait doublé depuis son opération.

Une tribune très efficace. Sa mère est morte à 56 ans d’un cancer après s’être battue dix ans contre la maladie. Porteuse du gène mutant BRCA1 qui augmente considérablement le risque de cancer du sein, Angelina Jolie avait donc décidé de pratiquer une double mastectomie. "J'ai choisi de rendre publique mon histoire parce que de nombreuses femmes ne savent qu'elles vivent dans l'ombre du cancer. J'ai l'espoir qu'elles pourront aussi subir des tests et qu'elles sauront que des solutions radicales existent", écrivait l’actrice américaine dans une tribune publiée dans le New York Times.

>> LIRE AUSSI - Angelina Jolie a subi une double mastectomie 

Selon l’étude publiée dans Breast Cancer Research,  21 établissements de Grande-Bretagne ont enregistré une hausse de 90 % du nombre de dépistages génétiques dans les six mois qui ont suivi l’annonce d’Angelina Jolie. En janvier dernier, le Centre d’assistance pour le cancer du sein a enregistré dix fois plus d’appels. D’après cette étude, les chercheurs auraient constaté les mêmes effets aux Etats-Unis, au Canada, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Et en France ? Pour l’heure, aucune étude ne permet d’avancer avec certitude qu’il existe un "effet Angelina Jolie". Aucune étude mais déjà quelques observations très positives. "En trois mois, nous avons vu la demande de tests doubler et depuis, ces chiffres se sont maintenus", explique Dominique Stoppa-Lyonnet, onco-généticienne à l’institut Curie dans les colonnes de L’Express