Cancer de la langue : l'appel de Géraldine Nakache

  • A
  • A
Partagez sur :

L'actrice et réalisatrice Géraldine Nakache, invitée lundi sur Europe 1, lance un appel pour sa cousine atteinte d'un cancer de la langue et qui ne peut plus parler.

INTERVIEW

En France, entre 2.000 et 3.000 personnes chaque année sont touchées par le cancer de la langue. Parmi elles, l'actrice Géraldine Nakache a la douleur de compter sa cousine, mère de famille, qui ne peut plus parler aujourd'hui suite à une intervention chirurgicale. Elle lance un appel pour trouver des personnes dans la même situation. Cette maladie ORL est prise sur le tard dans la moitié des cas et entraîne des traitements lourds.

"Trois jeunes enfants dont un de 3 ans". "Ma cousine Sarah qui a 39 ans aujourd'hui et qui a trois jeunes enfants dont un de 3 ans, est victime d'un cancer de la langue", confie de but en blanc Géraldine Nakache. Diagnostiquée il y a deux ans, "elle a subi une chirurgie qui l'oblige à s'alimenter par sonde", précise-t-elle. De plus, "elle ne peut plus parler parce qu'elle a une trachéotomie".

Avec son accord, Géraldine Nakache lance un appel pour "entrer en contact avec des gens qui vivraient la même chose qu'elle". Ce qui terrorise le plus sa cousine malade en-dehors de sa maladie, "c'est de ne pas pouvoir communiquer avec ses enfants", rapporte Géraldine Nakache, très émue.

"Prisonnière de son corps". Sa cousine ne communique que par écrit avec ses enfants "mais la petite dernière ne sait pas lire". Une application sur son téléphone lui permet cependant de faire dire à une voix ce qu'elle écrit, "un vrai drame" cependant puisqu'elle reste "prisonnière de son corps".

"Communiquer avec des gens qui vivent ça en ce moment" serait donc un moyen "de continuer à sa bagarre" contre la maladie, explique la jeune actrice. "Très entourée, très bien suivie médicalement", ce serait "le petit détail qui changerait la donne". Géraldine Nakache n'a pour le moment trouvé personne malgré des annonces lancées sur les réseaux sociaux. Pour répondre à cette chaîne de solidarité, un mail a été mis à disposition : sarah.europe1@gmail.com

"Ne pas négliger" les premiers symptômes. Le cancer de la langue, qui commence par une lésion, touche en majorité des hommes, plutôt âgés et présentant deux facteurs de risques : l'alcool et le tabac. Pris sur le tard, il entraîne un traitement dit "délabrant", c'est-à-dire que, par la chirurgie, une partie de la langue est amputée. Chimiothérapie et radiothérapie suivent afin de combattre les cellules cancéreuses. Une gêne au fond de la bouche, un aphte qui ne guérit pas ? "Il ne faut pas négliger si ça dure plusieurs semaines, y compris pour nous médecins, il faut alors faire des prélèvements pour vérifier les cellules", explique le Docteur Gérald Kierzek, expert santé d'Europe 1. La perte de voix peut être ensuite résolue avec de la chirurgie reconstructrice et des séances d'orthophonie, ajoute-t-il.