Asthmatiques, le froid peut avoir des conséquences sur vos poumons

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Les pneumologues français lancent une alerte aux personnes souffrant de problèmes respiratoires. La vague de froid peut aggraver les pathologies.

La vague de froid devrait durer jusqu'à la fin de la semaine prochaine sur toute la France. Ces températures extrêmes peuvent avoir un impact sur notre santé et particulièrement sur celle de nos poumons.

Des personnes à risque. Les pneumologues français, qui s'apprêtent à se réunir en congrès la semaine prochaine à Marseille (CPLF 2017), lancent une alerte et préconisent la prudence face à la vague de froid pour les personnes ayant déjà des problèmes pulmonaires. Il s'agit par exemple des patients souffrant de BPCO - une bronchite chronique -, ceux ayant une insuffisance respiratoire ou un cancer du poumon.

Attention aux asthmatiques. Le froid n'est pas directement dangereux, mais le confinement en intérieur qu'il entraîne conduit à la propagation accélérée des virus. Les personnes les plus à risque face au froid glacial sont les "asthmatiques". Principalement lorsque de l'air froid et sec arrive dans leurs bronches. Chez certains, cela s'apparente à un choc thermique.

Respirer par le nez plutôt que par la bouche. Pour éviter que cela arrive, mieux vaut respirer le plus possible par le nez et non pas par la bouche lorsque l'on est à l'extérieur. "Quand vous respirez par la bouche un air froid et sec, cet air va arriver au niveau des bronches et peut déclencher, chez certains patients asthmatiques, un bronchospasme, donc une aggravation de leur asthme. Le nez permet de filtrer l'air, de le réchauffer et de l'humidifier. Arrive donc dans nos bronches un air préparé", conseille le Dr Hervé Pegliasco, pneumologue à l'hôpital européen à Marseille.

Eviter le sport en extérieur. Il est aussi conseillé aux personnes asthmatiques d'éviter les activités sportives en extérieur par grand froid. Pour les plus sensibles, si une sortie ou une longue marche est prévue, il est possible, en accord avec le médecin, de modifier légèrement le traitement de fond. Ils pourront par exemple prendre deux bouffées de bronchodilatateur avant de se lancer dans une activité en extérieur.