Amiens : un chirurgien se trompe et ouvre le mauvais genou

  • A
  • A
Amiens : un chirurgien se trompe et ouvre le mauvais genou
L’hôpital n'a pas souhaité s'exprimer sur l'affaire. Image d'illustration. @ GUILLAUME SOUVANT / AFP
Partagez sur :

Un chirurgien du CHU d'Amiens a ouvert le genou droit de son patient, avant de réaliser son erreur. Le patient a engagé une procédure. 

C'est une opération bénigne qui se termine en contentieux. Un homme de 39 ans est en conflit avec le CHU d'Amiens après l'erreur d'un chirurgien, qui lors d'une opération, lui a ouvert...le mauvais genou, rapporte Le Courrier Picard

Après avoir consulté à l'hôpital pour des douleurs au genou gauche, Ali a du subir une intervention chirurgicale à la corne du ménisque. "À mon réveil, le chirurgien m'a dit que tout s'était bien passé, même s'il y avait eu un petit souci avec les infirmières qu'il m'expliquerait plus tard", raconte-t-il. 

Des pansements sur les deux jambes. En réalité, le chirurgien s'est trompé de genou, et au lieu de lui opérer le genou gauche, lui a ouvert le genou droit, avant se raviser et d'opérer la bonne jambe. Une erreur qu'il n’avouera qu'après qu'Ali ait été alerté par des pansements posés sur ses deux jambes. Autre preuve de l'erreur initiale, sa jambe droite était rasée, et non la gauche. 

"Le médecin a tout fait pour cacher son erreur". Ali a donc engagé une procédure en contentieux avec l'établissement. "Je ne suis pas procédurier, mais j'ai le sentiment que l'hôpital n'a eu aucune considération pour moi, qu'il a cherché à fuir ses responsabilités", explique le patient. Quant au médecin, explique-t-il, "il a tout fait pour cacher son erreur. Il ne voulait pas laisser de traces. Même sur le compte-rendu opératoire, que je me suis procuré, il ne parle que de la jambe gauche, jamais de la jambe droite". 

Comptant aller jusqu'au bout de la procédure, pour que soient retenues les responsabilités du chirurgien, mais également de l'hôpital, Ali est d'autant plus déterminé qu'il affirme avoir dû s'arrêter de travailler pendant trois mois en raison des complications consécutives à l'intervention médicale. Selon lui, le médecin ne lui a également prescrit des soins que pour le genou gauche. Et les ennuis ne sont pas terminés pour Ali, qui doit se faire à nouveau opérer au genou gauche, un an et demi après l'opération. 

La direction de l'hôpital n'a pas souhaité s'exprimer sur cette affaire, affirmant devoir respecter le secret médical.