7 jeunes sur 10 achètent leurs cigarettes chez les buralistes

  • A
  • A
7 jeunes sur 10 achètent leurs cigarettes chez les buralistes
@ JANEK SKARZYNSKI / AFP
Partagez sur :

EN TOUTE IMPUNITE - Malgré l’interdiction de vente de cigarettes aux mineurs, la très grande majorité des jeunes fumeurs se fournissent directement dans les bureaux de tabac. 

Pas évident de fumer lorsqu’on a moins de 18 ans et que la vente de cigarettes est interdite aux mineurs ? A priori non. Selon les résultats d’une enquête rendue publique jeudi, 94% des 16-17 ans et 72% des 12-15 ans n’auraient aucune difficulté à se procurer leur dose de nicotine directement chez leurs buralistes.

Près de 1.800 jeunes fumeurs interrogés. Depuis 2011 l’association Paris sans tabac s’est penchée sur la question du lieu d’achat des cigarettes et a mené son enquête auprès d'un échantillon représentatif de 2% des élèves des collèges et lycées de la capitale, soit 1.776 fumeurs (occasionnels ou quotidiens) et ex-fumeurs. Ils sont nombreux à l’affirmer, pas besoin pour eux d’acheter sur internet ou d’avoir recours à des membres de la famille ou des amis plus âgés pour se fournir en tabac.

Pour le Pr Dautzenberg, pneumologue fortement impliqué dans la lutte contre le tabac et qui a supervisé l’étude, ces statistiques sont dramatiques. "Ralentir l'entrée en tabagisme des adolescents est une mesure majeure de santé publique" dans la mesure où "plus l'initiation au tabagisme est précoce, plus la dépendance tabagique est forte", clame-t-il.

Et pour l'e-cigarette ? La responsabilité des buralistes est également pointée du doigt en ce qui concerne la cigarette électronique, elle aussi interdite aux mineurs. Chez les 12 à 17 ans interrogés, 41% indiquent avoir pu se les procurer dans les bureaux de tabac, alors qu'ils ont plus de difficultés à les acheter en boutiques spécialisées. Une fois majeurs, ils ne sont en revanche plus que 25% à se tourner vers des buralistes.

Le président de la Confédération des buralistes, Pascal Montredon, a tout de suite contesté les conclusions de cette enquête. Dans un communiqué il questionne les "conditions de réalisation" du sondage, "effectué uniquement à Paris et basé sur la simple interprétation de déclarations faites par des mineurs". 

La carte d'identité bientôt exigée ? Pour lutter contre cette dérive, un plan de réduction du tabagisme a été voté en première lecture le mois dernier par les députés. Il prévoit que les jeunes devront à l'avenir présenter une pièce d'identité pour prouver leur majorité chez le buraliste et que des policiers municipaux seront habilités à faire appliquer la législation sur le tabac.

Selon la dernière enquête réalisée entre décembre 2013 et mai 2014 par l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé, le tabagisme régulier a légèrement reculé en France, sauf chez les jeunes, malgré les campagnes de prévention lancées ces dernières années. Le tabac est tenu pour responsable d'environ 200 morts par jour dans l'Hexagone.