Bertrand veut déchoir de la nationalité française "tous les individus condamnés pour terrorisme"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Le futur président de la région Nord Pas-de-Calais Picardie a proposé d'étendre la déchéance de nationalité à tous les Français condamnés pour terrorisme.

INTERVIEW

Xavier Bertrand, le futur président Les Républicains de la région Nord Pas-de-Calais Picardie, a dit qu'il était favorable à la déchéance de nationalité pour les personnes condamnées pour terrorisme, mais pas seulement pour les binationaux. "On doit couper le lien entre ces individus et la nation", a-t-il affirmé lundi sur Europe 1. Xavier Bertrand a également déclaré qu'il voterait la réforme constitutionnelle voulue par François Hollande et la prolongation de l'état d'urgence, s'il était député. Le chef de l'Etat a confirmé le maintien de cette mesure très décriée à gauche et annoncée peu après les attentats du 13 novembre. Elle est inscrite dans la réforme constitutionnelle de l'exécutif, qui doit être votée par le Parlement.

Opposé à la suppression du non-cumul des mandats. L'élu s'est également dit opposé à une éventuelle suppression de la loi sur le cumul des mandats, qui a été votée en 2014 par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault et qui doit être appliquée à partir de la législature de 2017. France Info avait affirmé le 22 décembre que le président du Sénat Gérard Larcher planchait sur une loi proposant de limiter le cumul à deux mandats, un local et un national. Cette loi serait appliquée si la droite obtenait la majorité en 2017. Le sénateur des Hauts-de-Seine Roger Karoutchi avait démenti cette affirmation au Figaro, tandis que le secrétaire général des Républicains avait affirmé que son parti ne voulait pas revenir sur le principe de la limitation à deux mandats, mais sur l'interdiction à un député d'être élu local. 

Démission de l'Assemblée nationale. Pour Xavier Bertrand, quoi qu'il en soit, c'est un très mauvais signal en direction des Français, "qui veulent qu'on s'occupe d'eux". "On ne donne de leçons à personne. Le cumul des mandats est mort", a-t-il martelé. Le futur président de région avait annoncé le 14 décembre qu'il renonçait à être candidat à la primaire de la droite et du centre pour 2017, pour se consacrer à son mandat régional. Il est resté conseiller municipal de la ville de Saint-Quentin et président de son agglomération, mais a démissionné de son mandat de député. Tout comme son directeur de campagne Gérald Darmanin, élu conseiller régional, qui a quitté l'Assemblée nationale, mais est resté maire de Tourcoing. Natacha Bouchard, la maire Les Républicains de Calais, a quant à elle démissionné de son mandat de sénatrice le 26 décembre pour se consacrer à ses fonctions municipales.