Woerth : le déficit public explose en 2009-2010

  • A
  • A
Woerth : le déficit public explose en 2009-2010
Partagez sur :

La France fera face à un déficit bien plus élevé que prévu en 2009 et 2010. Elle tentera de le limiter par une limitation des dépenses publiques et un retour de la croissance.

Le déficit public "sera en 2009 entre 7 et 7,5% du PIB et ce déficit public sera probablement le même en 2010", a indiqué dimanche Eric Woerth lors du grand jury RTL-LCI-Le Figaro. Cela correspond à un montant de "140 milliards d'euros", a précisé le ministre du Budget. Le gouvernement tablait jusqu'à présent officiellement sur un déficit de 5,6%.

Le ministre du Budget Eric Woerth a aussi annoncé une croissance du PIB de 0,5% en 2010 et une hausse de 10 milliards d'euros du déficit de la Sécurité sociale en 2010. "L'Etat sera aux alentours de 115 milliards d'euros de déficit" et les collectivités locales autour de 140 milliards cette année, a-t-il dit.

L'Etat, les collectivités locales et la sécurité sociale dépensent toujours autant d'argent, mais en face, les recettes s'effondrent. Les précisions de Luc Evrad :


Pour autant, l'Etat ne prévoit pas d'augmenter le rythme de suppressions de postes chez les fonctionnaires, maintient la suppression progressive de la taxe professionnelle et n'augmentera pas les impôts, a insisté Eric Woerth. L'Etat compte sur la croissance et donc l'augmentation des recettes pour redresser les comptes et revenir un jour dans les clous de l'objectif de 3% énoncé par le Traité de Maastricht.

Le trou grandissant de la Sécurité sociale compensera en 2010 la diminution du déficit, selon Eric Woerth et fera que le déficit reste entre 7 et 7,5% du PIB. "La Sécurité sociale verra probablement son déficit s'accroître" de 10 milliards d'euros pour être porté à 30 milliards d'euros, a-t-il annoncé.

Enfin, Eric Woerth s'est dit "personnellement favorable" à un report de l'âge du départ à la retraite. "Les fonctionnaires partent en retraite à 58 ans. A 58 ans, on est en pleine forme", a-t-il ajouté. "Il faut que les gens restent au travail le plus longtemps possible et d'ailleurs ils le souhaitent."