WikiLeaks : "pas de censure, mais une régulation"

  • A
  • A
WikiLeaks : "pas de censure, mais une régulation"
Eric Besson était l'invité du Grand Rendez-vous dimanche, sur Europe 1.@ EUROPE 1
Partagez sur :

Eric Besson, invité du Grand Rendez-Vous, est revenu sur la polémique déclenchée par WikiLeaks.

Eric Besson s'est longuement exprimé, dimanche matin dans le Grand Rendez-Vous sur Europe1, sur sa volonté d'interdire l'hébergement du site WikiLeaks en France.

"L'Etat a une responsabilité de régulation"

WikiLeaks et la France. Le ministre de l'Industrie, de l'Energie et de l'Economie numérique a présenté WikiLeaks comme un "site qui met en danger la vie des sources". "Lorsqu’il y a menace de ce type, est-ce qu’on trouve naturel qu’il puisse être hébergé en France ? Ma réponse est non", a expliqué Eric Besson. "Se pose maintenant une question d’ordre juridique et pratique. Est-ce que l’Etat français est en état de l’empêcher ? Cette réponse-là n’est pas évidente", a-t-il souligné.

Le ministre a expliqué avoir confié cette question à ses services afin qu’ils trouvent "les moyens de pouvoir empêcher l’hébergement du site en France". "L’Etat a une responsabilité de régulation. Et je trouve scandaleux une éventuelle assimilation à une éventuelle censure", a-t-il ajouté, soulignant que "la technologie ne peut pas être une intrusion dans notre vie privée et de nos correspondances".

Il y a une volonté de "régulation, mais pas une censure", a souligné Eric Besson :

La téléphonie de demain. Au sujet de l'accès à la téléphonie mobile 4G, Eric Besson a annoncé que l'Etat allait "demander un taux ambitieux, exigeant. Nous allons demander qu'en 15 ans, 99% de la population française soit couverte par au moins deux réseaux d'opérateurs". La vente des licences 4G aux opérateurs télécoms devrait être effectuée au printemps ou au début de l'été 2011, selon le régulateur français des télécoms, l'Arcep. "Les trois objectifs qu'on s'assigne, c'est concurrence, aménagement du territoire et valorisation du patrimoine de l'Etat parce que ces fréquences de la bande des 800 mégahertz sont précieuses, rares et donc chères", a-t-il ajouté.

"Royal, c'était bien joué"

Royal, le PS et les primaires. Au sujet de la candidature de Ségolène Royal aux primaires du Parti socialiste, le ministre a déclaré avoir été "surpris", "mais j'ai trouvé que c'était bien joué contrairement à beaucoup de commentateurs. D'abord j'ai trouvé que c'était légitime. Elle a obtenu 47% des suffrages des Français la dernière fois. Ensuite, j'ai trouvé que c'était bien joué, car je crois pas une seule seconde au calendrier adopté par les socialistes", a-t-il conclu.

"Royal, c'était bien joué", a déclaré Eric Besson sur Europe 1 :

"La recapitalisation d'Areva, c'est imminent"

Areva et le nucléaire. Au sujet de la recapitalisation d'Areva, le ministre de l'Industrie et de l'Energie a confirmé dimanche le bouclage "imminent" d'une "première étape" de l'augmentation de capital du groupe nucléaire public, avec une participation du fonds souverain du Koweït auquel s'associera l'Etat français. "Pour la première étape de la recapitalisation d'Areva, c'est imminent", a déclaré Eric Besson, sans être toutefois en mesure de dire si l'opération serait annoncée "dans quelques heures ou dans quelques jours". Le ministre n'a pas voulu dévoiler de chiffre précis, alors que la presse a évoqué ces derniers jours un montant d'environ 750 millions d'euros, dans lequel les pouvoirs publics pourraient contribuer à hauteur d'un tiers, le solde étant pris en charge par le Koweit.

Il a laissé la porte ouverte à un nouveau tour de table en 2011, dont pourraient alors faire partie le fonds souverain du Qatar, avec lequel les négociations ont jusqu'ici achoppé, et le groupe japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI). Interrogé sur l'éventualité d'une participation d'EDF et d'Alstom à cette seconde phase, Eric Besson a répondu que "visiblement, le président de la République n'a écarté aucune piste de travail".

Le froid et la consommation d’électricité. Enfin, Eric Besson s'est exprimé sur la vague de froid qui a touché la France ces derniers jours. Il a déclaré que la France a "frôlé le record historique" de consommation d’électricité cette semaine, mais il a précisé qu’il n’y avait "pas de risque de pénurie". "Il faut penser à ces périodes de pointe et à ces pics de consommation. Notre organisation est performante, mais nous devons être vigilants et nous interroger sur nos capacités de production et de distribution. Et la clef de voûte est le nucléaire", a ajouté Eric Besson.