Wauquiez en désaccord avec Juppé et son idée d'un "mouvement" avec Macron aux Européennes

  • A
  • A
Wauquiez en désaccord avec Juppé et son idée d'un "mouvement" avec Macron aux Européennes
Pour Laurent Wauquiez, une alliance avec Macron pour les Européennes ne peut pas être envisagée (photo d'archives). @ GUILLAUME SOUVANT / AFP
Partagez sur :

"Nous ne partageons pas la même vision de l'Europe qu'Emmanuel Macron", a affirmé le candidat à la présidence LR, dimanche midi sur France 3. 

Laurent Wauquiez, candidat à la présidence de LR, a estimé dimanche que l'idée d'Alain Juppé de bâtir un "grand mouvement central" avec Emmanuel Macron aux élections européennes de 2019 était une "erreur". L'ancien candidat à la primaire de la droite a plaidé pour ce "grand mouvement" devant la presse diplomatique, écrivent dimanche plusieurs médias.

"Pas la même vision de l'Europe". "Je pense que cette proposition est une erreur", a rétorqué Laurent Wauquiez dans l'émission Dimanche en politique sur France 3. "Nous ne partageons pas la même vision de l'Europe qu'Emmanuel Macron", en particulier sur l'élargissement éventuel de l'Union européenne, a-t-il dit. "C'est une profonde erreur car l'élargissement a tué l'Europe", a encore estimé l'ancien ministre des Affaires européennes. "Ce que je dis, c'est qu'on va avoir des débats sur l'Europe", a-t-il conclu.


Terrorisme: le "niveau de protection" a baissé depuis deux ans, selon Wauquiez 

Dans la même émission, dimanche, Laurent Wauquiez, a estimé que, deux ans après les attentats du 13 novembre, le "niveau de protection" des Français avait "baissé", contrairement à ce qu'affirme le gouvernement. "Je crains que toutes les leçons n'aient pas été tirées" depuis 2015, a regretté le candidat. Selon lui, "on a baissé le niveau de protection des Français par rapport à la loi sur l'état d'urgence", instauré après les attaques du 13 novembre. À la veille des commémorations des attentats du 13 novembre 2015, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb estime au contraire que face au terrorisme, la France est "mieux armée qu'il y a deux ans", dans une interview au Journal du Dimanche (JDD).