Virginie Calmels sur Alain Juppé : "S’il n’avait pas sa santé, il ne se présenterait pas"

  • A
  • A
Partagez sur :

Virgine Calmels, soutien d’Alain Juppé, a réfuté que l’âge du candidat à la primaire de la droite et du centre soit un problème.  

INTERVIEW

Alain Juppé reste en tête des sondages. Le candidat à la primaire de la droite et du centre accroît son avance sur Nicolas Sarkozy, selon un sondage Kantar-Sofres-one point publié mardi. A 71 ans, le maire de Bordeaux pourrait donc, en cas de victoire, briguer la fonction présidentielle. Un âge qui pose question : s’il est élu, Alain Juppé terminerait son mandat à 76 ans.

Un faux débat selon Virginie Calmels, première adjointe d’Alain Juppé à Bordeaux. "Il l’a dit : s’il n’avait pas la santé qu’il a, il ne se présenterait pas. Il a l’énergie nécessaire", a assuré la vice-présidente de Bordeaux Métropole, interrogée mardi au Club de la presse d’Europe 1.

"Il saurait, le cas échéant, dire qu’il n’est pas l’homme de la situation." L’âge du président de la République a déjà fait l’objet de nombreux débats au cours de la Ve République. Georges Pompidou, malade, était mort en cours de mandat, en 1974.

François Mitterrand, lui, avait vécu les derniers mois de sa présidence très diminué par un cancer, dont il avait caché l’existence durant son passage à l’Elysée. "(Alain Juppé) saurait, le cas échéant, pouvoir dire qu’il n’est pas l’homme de la situation", a éludé Virginie Calmels.

"Il peut faire bénéficier le pays de son expérience." "L’âge n’est pas un sujet. Le pays a besoin d’un homme d’expérience, qui saura faire tout de suite. C’est au contraire une opportunité : il faut redonner à la fonction présidentielle sa hauteur. Il peut faire bénéficier le pays de son expérience", a conclu la première adjointe d’Alain Juppé à Bordeaux.