Villepin rejette la main tendue de Bayrou

  • A
  • A
Villepin rejette la main tendue de Bayrou
@ Reuters
Partagez sur :

L'ancien Premier ministre a répondu que le ralliement ne fait "pas parti de son tempérament".

Si le candidat centriste à l'élection a vivement critiqué jeudi ses deux principaux rivaux Nicolas Sarkozy et François Hollande, il n'a pas exclu une éventuelle alliance avec Dominique de Villepin. François Bayrou a en effet renouvelé son invite au président de République solidaire, dans l'émission Des paroles et des actes sur France 2 jeudi soir.

Mais l'heure n'est toujours pas au ralliement. L'ancien Premier ministre a une nouvelle fois rejeté la main tendue par François Bayrou.

"Des points de rencontre"

Interrogé sur la ressemblance de ses propositions avec celles formulées par Dominique de Villepin, le candidat du Modem a fait valoir des "points de rencontre" entre leurs "convictions". "Il y a une rencontre entre ces convictions-là", a assuré le candidat centriste à l'élection présidentielle sur France 2.

"Il y a des points de rencontre en effet autour de ce que je crois être et qu'il croit être aussi essentiel pour l'avenir de la France", a détaillé le président du Mouvement Démocrate. Il a ensuite ironisé : "Je m'efforce d'écrire tout seul et de préférence le premier".

Villepin écarte tout ralliement

N'excluant donc pas une alliance, François Bayrou a précisé que c'était à Dominique de Villepin de prendre sa décision. "C'est un homme ombrageux et je ne vais pas lui en faire le reproche, moi-même je le suis suffisamment. Je suis quelqu'un qui ne me rallie pas facilement et probablement lui non plus", a-t-il précisé. Le candidat centriste précise bien qu'il "ne fais pas d'appel. C'est à lui de prendre une décision. Je n'ai pas à intervenir".

Dans la foulée, le principal intéressé a donc écarté d'un revers de la main la proposition de François Bayrou. Dans un message publié sur Twitter, le président de République solidaire a expliqué : "le ralliement ne fait pas partie de mon programme. Le ralliement ne fait pas partie de mon tempérament".







Dominique de Villepin a annoncé lundi qu'il avait dépassé les 420 signatures, il lui reste jusqu'au 16 mars pour trouver les parrainages manquants.