Villepin pour "une solution politique" en Ukraine

  • A
  • A
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - L'ancien ministre des Affaires étrangères a regretté que la France ne soit pas intervenue plus tôt à Kiev.

"Faire en sorte que l’opposition et le pouvoir puissent se parler." Dominique de Villepin, ancien ministre des Affaires étrangères, est venu jeudi matin sur Europe 1 évoquer la situation en Ukraine, alors que Laurent Fabius a menacé le président ukrainien Ianoukovitch de sanctions et qu’il se rend à Kiev ce jour : "tout doit être fait pour privilégier une solution politique. Le responsable politique ne doit pas, lui, se satisfaire d’un simple mouvement de conscience, il a le devoir d’éviter ce qui se profile : un nouveau bain de sang, et surtout une guerre civile. Il fait faire en sorte que l’opposition et le pouvoir puissent se parler."

Interrogé sur le rôle de la France et de l’Europe dans cette crise ukrainienne, Dominique de Villepin regrette que "nous ayons perdu trois mois. Trois mois à laisser faire, à laisser se détériorer une crise. Il est temps de reprendre notre place et d’éviter le scénario du pire : la glaciation, comme en Biélorussie, mais aussi une intervention russe. Ne nous y trompons pas : la Russie ne laissera pas faire."

"Une partie de la solution est à Moscou." L'ancien patron du quai d'Orsay a également tenu à rappeler l'importance du rôle joué par Moscou dans cette situation : "la diplomatie européenne a le devoir de se mobiliser pour prévenir les crises et essayer de proposer des solutions. Nous devons éviter deux pièges : des gestes démesurés qui rompraient le dialogue avec le pouvoir ukrainien, et oublier qu’une partie de la solution est à Moscou."

Retrouvez l'intégralité de cet entretien en vidéo :



Intégrale - Dominique de Villepin au micro de...par Europe1fr

sur le même sujet, sujet,

EN IMAGES - Kiev, ce champ de bataille

MINUTE PAR MINUTE - Les événements de mercredi

UKRAINE - Une soirée d'affrontements meurtriers à Kiev

ON FAIT LE POINT - Pourquoi ça recommence ?

CHRONIQUE - La rage de Cohn-Bendit