VIDEO - Marine Le Pen, candidate des réseaux sociaux

  • A
  • A
VIDEO - Marine Le Pen, candidate des réseaux sociaux
@ FREDERICK FLORIN / AFP
Partagez sur :

Marine Le Pen a lancé sa campagne cette semaine en accélérant sur le terrain médiatique. La présidente du Front national espère ainsi surfer sur la vague Donald Trump et devenir la candidate des réseaux sociaux. Décryptage pour le Journal du dimanche de Laetitia Krupa avec Reputation Squad.

Sans attendre février comme prévu, Marine Le Pen a donc lancé cette semaine sa campagne. Avec deux radios, un déplacement, une interview à Paris Match et un Facebook Live, son arme favorite de communication, la candidate du Front national entend occuper l'espace médiatique.

La spécialiste de la communication politique Laetitia Krupa analyse pour le JDD sa tactique : surfer sur la vague de Donald Trump en devenant la candidate des réseaux sociaux. Marine Le Pen a en effet une longueur d’avance puisqu'elle double tout le monde avec plus d’un million d’abonnés Facebook et sur Twitter.

Le Pen, c'est un million d'abonnés sur Facebook et Twitter. "Vous savez que j’aime vous parler directement, j’aime vous répondre directement, sans le filtre, sans les caricatures, sans la dénaturation dont nous pouvons parfois être victimes, sur d’autres biais médiatiques." Et oui, la rengaine du grand méchant loup médiatique ça marche toujours et aujourd’hui encore plus, quand tous les candidats de la campagne se posent contre le "système".


http://www.dailymotion.com/video/x595adz_pour-sa-campagne-marine-le-pen-s-inspire-de-donald-trump_news" target="_blank">Pour sa campagne, Marine Le Pen s'inspire de...par http://www.dailymotion.com/lejdd" target="_blank">lejdd

Marine Le Pen a annoncé la couleur dès la rentrée 2017. Et en la matière, elle a trouvé son mentor. "Il a quand même réussi à obtenir en un tweet des résultats spectaculaires." "Puisqu’en un tweet, Donald Trump a réussi à opérer et à obtenir plus de relocalisations aux Etats-Unis." "Que Nicolas Sarkozy et François Hollande en 10 ans."

Autre cible de Le Pen : Fillon. Malin, ça s’appelle faire d’une pierre, deux coups : Marine Le Pen se pose en candidate des réseaux Et en se mettant dans le sillage de Trump, elle se paye la stature internationale qu’elle n’a jamais eue. Elle a même trouvé une deuxième idole "abroad", Theresa May. "Elle défend le peuple britannique, et bien moi je veux défendre le peuple français. Parce que si je ne défends pas le peuple français, qui le fera?."

Bah ouais, qui? Et là hop, deuxième axe de com’ de la semaine : Marine Le Pen dézingue son adversaire le plus redoutable : François Fillon. "François Fillon a annoncé, en réalité, la disparition de la Sécurité sociale." "François Fillon veut la réduction du nombre de lits dans les hôpitaux." Conclusion, en pleine Primaire de la gauche, Le Pen a réussi à être audible, et installe sa recette de la com "double-dose" : du digital à foison et des bons vieux médias "à la papa", pour parachever son opération de dédiabolisation "L’extrême droite est un adjectif qui a été créé par nos adversaires pour nous décrédibiliser." Prochain grand rendez-vous médiatique : le 9 février dans L’Emission politique de France 2. RÉUSSI.

Com’On vous ne verrez plus jamais la politique comme avant, à la semaine prochaine!