Valls: renforcer les liens police-justice

  • A
  • A
Valls: renforcer les liens police-justice
Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls souhaite créer des "commissions de travail police-justice" sur la question de la délinquance des mineurs.@ Reuters
Partagez sur :

Le ministre de l'Intérieur a reçu les syndicats de police vendredi matin.

Après une semaine au cours de laquelle il a multiplié les déplacements, le ministre de l'Intérieur a reçu, vendredi matin, les syndicats de police pour une première prise de contact. Car Manuel Valls le sait : le malaise policier est profond. Au terme de cette réunion Place Beauvau, plusieurs pistes ont d'ores et déjà été mises sur la table. A commencer par la question de la délinquance des mineurs.

Des "commissions de travail police-justice"

Sur la question de la délinquance des mineurs, le ministre de l'Intérieur a annoncé vouloir créer des "commissions de travail police-justice", selon les syndicats. A ce sujet, le ministre "n'a pas voulu commenter" l'idée avancée par la garde des Sceaux Christiane Taubira de supprimer les tribunaux correctionnels de mineurs. Il a souhaité "créer des réunions", qui se tiendront dans les 22 régions de France, prolongées par un colloque national, a précisé Jean-Claude Delage, pour Alliance joint par Europe1.fr.

Autre sujet important pour les syndicats : la protection juridique des policiers, l'un des problèmes soulevés par la mise en examen du gardien de la paix de Noisy-le-Sec. Le ministre va créer, selon Alliance, une commission composée d'experts, présidée par un conseiller d'Etat. Cette commission aura jusqu'à fin juin pour faire connaître ses orientations en la matière. Par ailleurs, selon les syndicats, le ministre de l'Intérieur "n'a pas" manifesté d'intention de refaire une "police de proximité". Manuel Valls a ouvert quelques pistes comme des zones prioritaires (avec) le rapprochement police-population".

"Il a écouté l'ensemble de nos revendications"

Selon Alliance, le ministre aurait été, en revanche, beaucoup plus prudent sur la question des recrutements. Le ministre de l'Intérieur a notamment rappelé le contexte budgétaire.

Enfin, Manuel Valls l'a une nouvelle fois assuré : il veut en finir avec la culture du chiffre, même s'il a bien insisté sur la nécessité d'obtenir des résultats, rapporte le second syndicat des gardiens de la paix.  Selon le responsable du Syndicat national des officiers (Snop), le nouveau ministre "a annoncé qu'il voulait passer à de nouveaux indicateurs qui jouent plus sur le qualitatif que sur le quantitatif, ce qui prouve bien une rupture", s'est-il réjoui.