Une pétition pour inciter Nicolas Hulot à être candidat en 2017

  • A
  • A
Une pétition pour inciter Nicolas Hulot à être candidat en 2017
@ Capture d'écran Change.org
Partagez sur :

Une pétition a été lancée mercredi sur le site Change.org pour encourager Nicolas Hulot à se présenter à l'élection présidentielle de 2017.

Ce n'est pas le premier appel du pied que Nicolas Hulot reçoit. Depuis quelques mois, le leader écologiste est sollicité de toutes parts pour se porter candidat à l'élection présidentielle de 2017. Pour le convaincre, une pétition a été lancée mercredi sur le site Change.org et a déjà rassemblé plus de 24.000 signatures.

Hulot, l'espoir d'une "nouvelle République". Si la pétition n'est pour l'instant pas un carton, elle prouve cependant le besoin exprimé par une partie de la population de voir émerger un candidat issu de la société civile. L'initiative a été lancée par Franck Pupunat, ancien membre du Parti socialiste, cofondateur du Parti de gauche et fondateur du mouvement trans-parti Utopia. Il explique ne pas croire "à l’homme ou à la femme providentiel(le) qui, à lui seul ou à elle seule pourrait sauver une société en perte de sens et en crise démocratique profonde". Si l'ambition est de rebattre complètement les cartes, le rêve se heurte aux règles constitutionnelles. "Seul un ou une président.e peut (...) lancer le processus qui dessinera enfin les contours d’une nouvelle République".

Un élan populaire. Las des guerres partisanes et d'une classe politique qui peine à se renouveler, Franck Pupunat voit donc en Nicolas Hulot un "espoir tangible". "Les derniers sondages permettent de positionner Nicolas Hulot au second tour de la présidentielle. Tout devient possible", s'enthousiasme-t-il. Des personnalités publiques comme Eva Joly ou Renaud ont déjà exprimé publiquement leur envie de voir l'ex-présentateur de Ushuaia Nature à l'Elysée.

Dans la matinale spéciale qui lui était dédiée le 30 mars dernier, Nicolas Hulot avait cependant indiqué ne "pas avoir envie" de se présenter à l'élection présidentielle. Un élan populaire pourrait-il le faire changer d'avis ?