UMP : un campus aussi "net" que possible

  • A
  • A
UMP : un campus aussi "net" que possible
L'UMP, sous la houlette de son secrétaire général Jean-François Copé, a ouvert samedi son université d'été à Marseille.@ reuters
Partagez sur :

L'UMP, qui tient son université d'été à Marseille, sera également présent sur la Toile.

"On souhaite produire énormément de contenus pendant ces trois jours". Voilà en quelques mots comment un responsable web de l'UMP résume le dispositif mis en place sur Internet pour faire de l'université d'été du parti un évènement "populaire". Elus et militants sont à Marseille pour jouer la carte de l'unité, mais aussi celle de "l'interactivité". Europe1.fr liste les outils mis en place par la majorité présidentielle.

Sur le site de l'UMP. C'est essentiellement depuis cette plateforme que la stratégie web est déployée. Un dispositif important en termes de vidéos et de reportages, prévient-on du côté de l'UMP. Un JT quotidien est diffusé en live et disponible également sur Dailymotion et Youtube. Ce live vidéo doit aussi retransmettre les séances plénières, et permettre aux Jeunes Actifs de l'UMP d'intervenir et d'interagir. Ces derniers peuvent publier des commentaires via une fenêtre Twitter et Facebook.

"Je suis un militant UMP dans le 92 à Levallois-Perret. Je ne suis pas à Marseille pour le campus pour raison familiale, mais mon esprit est à Marseille avec mes amis militants, militantes de l'UMP", écrit par exemple Arnaud sur Facebook, quelques minutes avant le lancement du campus.

Mais contrairement au PS, le parti présidentiel n'a pas décidé de créer un site Internet spécifiquement consacré à l'université d'été. "L'idée est que les gens viennent toujours au même endroit et d'être toujours sur la marque UMP", explique à Europe1.fr un membre de l'équipe web. A moins que ce ne soit aussi par manque de moyens.

Sur Facebook. Un live diffusé en direct, en streaming, est aussi disponible sur la page Facebook de l'UMP, des Jeunes Actifs et des Jeunes UMP. La page d'accueil invite chacun à venir découvrir les propositions du projet 2012 et à recommander cette page à ses amis. Un terrain sur lequel l'UMP a pourtant pris du retard sur le PS. 25.799 personnes "aiment" en effet la page du Parti socialiste sur Facebook, contre 13.681 pour celle de l’UMP.

Sur Twitter. D'après l'UMP, Twitter doit être le moyen de diffuser un maximum de photos prises sur le campus par les élus et les militants. Objectif : faire vivre l'évènement à tous ceux qui n'ont pu se rendre à Marseille. Le hashtag ou mot-clé #campusUMP permet aussi d'agréger tous les messages concernant l’université d’été et de vivre les coulisses de l'évènement. "Les jeunes pop pro-Estrosi se font clairement huer par la salle à l'ouverture du #campusUMP de l'unité", "tweete" par exemple un militant alors que les premiers responsables montent à la tribune. Signe que les tensions au sein de la majorité présidentielle pourraient être aussi visibles sur le net.

Mais sur Twitter aussi, le parti présidentiel accuse du retard sur les socialistes. L'UMP compte en effet 7.374 "followers"' alors que le PS en rassemble 12.161. "Le compte de l'UMP a été lancé en juin", justifie l'équipe web.

Seule innovation : un "Twitt-apéro" est prévu vendredi soir. Il doit réunir militants et élus titulaires d'un compte Twitter, afin de discuter politique, autour d'un verre, et derrière un ordinateur.

Les "Twittos" de l'UMP. Les députés Lionel Tardy et Laure de la Raudière, véritables "geeks", devraient assurer l'essentiel des tweets pour ce qui est des élus. "Ce soir, on vous donne RDV à 19H30 devant l'espace presse du #CampusUMP pour un twitt-apéro !!!", a d'ores et déjà "twitté" Lionel Tardy. "Je suis au #CampusUMP et il y a une belle ambiance !", a pour sa part partagé Laure de la Raudière, secrétaire nationale UMP en charge du Numérique. Mais Jean-François Copé, Jean-Claude Gaudin, Hervé Novelli et les autres ténors de l'UMP ne sont en général pas nombreux à s'exercer sur Twitter.

Des ateliers. Ce rassemblement sera aussi l'occasion de sensibiliser les élus UMP à Internet et aux réseaux sociaux. Tâche ardue dans un parti qui compte encore de nombreux réfractaires. Un atelier est prévu vendredi en fin de journée alors que des formations ont déjà été mises en place dans les régions toutes les deux ou trois semaines.