UMP : quand Sarkozy rencontre Fillon

  • A
  • A
UMP : quand Sarkozy rencontre Fillon
François Fillon est arrivé en voiture dans les bureaux de Nicolas Sarkozy, rue Miromesnil, à Paris.@ REUTERS
Partagez sur :

En plein psychodrame de l’UMP, l’ex-chef de l’Etat a reçu son ex-Premier ministre.

Prologue. La rencontre était, jure-t-on dans les entourages, prévue de longue date. Mais alors que l’UMP est traversée par une crise d’une gravité exceptionnelle, l’invitation à déjeuner de Nicolas Sarkozy en direction de François Fillon a pris une résonance forcément particulière. Les journalistes s’étaient d’ailleurs massés dès le milieu de la matinée devant le bureau de l’ancien président, dans le 8e arrondissement de Paris, pour voir arriver l’ennemi de Jean-François Copé dans la guerre des chefs à l'UMP.

journalistes

Acte I. Le faux départ. Vers 11 heures, Nicolas Sarkozy a quitté son domicile, à la grande surprise des cadreurs et reporters présents sur place. L’ex-chef de l’Etat est finalement revenu une heure plus tard.

sarkozy-voitreu-2

Acte II. Arrivée du premier rôle. François Fillon s’est présenté finalement dans une berline noire aux vitres fumés au 77, rue Miromesnil. Il était alors environ 12h30. Ni signe, ni commentaire de la part de l’ancien Premier ministre, visage fermé. Les photographes mitraillent la voiture.

fillon-vitre

Acte III. Rideau ! Après une heure et demie de déjeuner, les deux hommes se séparent. Le Premier ministre quitte finalement la rue de Miromesnil peu avant 14 heures. Sans faire plus de commentaires en sortant qu’en rentrant. Peu après, c’est Nicolas Sarkozy qui quitte le lieu, non sans échanger avec quelques journalistes, mais sans aborder l'affaire.

sarkozy-journaliste

Epilogue. François Fillon muet, il faut se fier à son entourage pour savoir comment s’est déroulée la rencontre au sommet. "L'ambiance pendant le déjeuner était détendue, décontractée, empreinte de confiance réciproque", a assuré un proche de l’ancien Premier ministre. A-t-il essayé de le dissuader d’aller en justice ? "Il n'a ni découragé ni encouragé François Fillon dans ses différentes démarches", assure la même source. "Tout en essayant de trouver la meilleure solution, il le laisse évidemment entièrement libre de prendre les responsabilités qu'il estime nécessaire."