Transparence : Hollande dévoile son plan

  • A
  • A
Transparence : Hollande dévoile son plan
@ NICOLAS TUCAT/AFP
Partagez sur :

Transparence en économie, encadrement des nominations, contrôle des lobbies... Le chef de l’État promet une république plus transparente.

Hollande promet d'enlever la poussière, celle qui cache, qui empêche chaque citoyen de voir comment tournent les rouages de la république. Le chef de l’État a annoncé mardi tout un panel de mesures, sans trop les détailler, pour instaurer davantage de transparence dans la vie publique, lors de ses vœux aux corps constitués, retenant plusieurs propositions du rapport de l'ancien procureur général près la Cour de cassation, Jean-Louis Nadal. Résumé.

>> LIRE AUSSI - Transparence : les autres pays font-ils mieux ?

Étendre les règles déontologiques. François Hollande annonce, enfin, que "les nouvelles règles déontologiques seront étendues à tous les acteurs publics". Ces "règles" sont celles de la loi de Transparence de la vie publique promulguée en octobre 2013. Parmi les principales règles : la publication des déclarations de patrimoine et d'intérêt.

Vérifier les nominations. François Hollande promet ainsi "des vérifications avant toutes les nominations les plus importantes" des acteurs publics. Le but :  "éviter que des manquements ne soient connus postérieurement à l'entrée en fonction des intéressés". "Les assemblées travaillent sur des propositions concernant les candidatures aux élections", a-t-il également indiqué.

Une loi sur la "vie économique". Le chef de l’État a chargé son ministre des Finances, Michel Sapin, d'élaborer "un projet de loi pour la transparence dans la vie économique".

Encadrer les lobbies. Le président de la République souhaite également que soient rendus "plus clairs les lois et règlements pour un meilleur encadrement des groupes de pression".  "Les citoyens sauront désormais qui est intervenu, à quel niveau auprès des décideurs publics pour améliorer, corriger, modifier une réforme et quels ont été les arguments utilisés", a-t-il expliqué.

Ces annonces étaient prévues pour le 7 janvier. Mais en raison des attentats qui ont touché Paris à ce moment-là, François Hollande les avait reportées à cette semaine.