Fraude fiscale : Thévenoud "dénonce un acharnement orchestré par le gouvernement"

  • A
  • A
Fraude fiscale : Thévenoud "dénonce un acharnement orchestré par le gouvernement"
@ PATRICK KOVARIK / AFP
Partagez sur :

RÉACTION - L'ancien ministre socialiste Thomas Thévenoud est dans le collimateur de la justice pour ne pas avoir payé ses impôts pendant plusieurs années. Il accuse lundi le gouvernement d'être derrière cet "acharnement".

On l'avait presque oublié, et c'est certainement ce qui pouvait lui arriver de mieux. Contraint de démissionner du gouvernement Valls en septembre dernier après des révélations de fraudes, Thomas Thévenoud pensait couler des jours tranquilles de député, poste qu'il a conservé malgré la pression de l'exécutif. Las, selon Le Monde, la commission des infractions fiscales de Bercy a saisi le parquet de Paris d'une plainte pour "fraude fiscale". Selon le quotidien du soir, une procédure judiciaire va désormais être ouverte.

"Il y a un acharnement contre moi". Europe 1 a contacté Thomas Thévenoud pour connaître son sentiment. "Il y a un acharnement contre moi, un acharnement orchestré par le gouvernement", fustige le député, remonté. S'il ne cite personne nommément, l'ancien ministre a cette formule qui laisse entendre que, selon lui, la décision a été prise en haut lieu : "ce n'est pas Monsieur tartemuche de la direction des finances publiques de la place Saint-Sulpice qui a décidé tout seul". Et d'ajouter, pour ceux qui n'auraient pas bien compris : "il y a deux poids, deux mesures : le gouvernement régularise en catimini les Français qui avaient des comptes à l'étranger, et eux ne sont pas traduits devant les tribunaux !"

S'il est aussi virulent, c'est que Thomas Thévenoud assure avoir "tout régularisé depuis 2014". "Ils viennent me chercher huit mois après alors que j'ai corrigé mes erreurs", regrette-t-il, avant de détailler sa (nouvelle) vie fiscale, lui qui est désormais "mensualisé" et a "fait sa déclaration en temps et en heure cette année". Et ce "phobique administratif" de conclure : "tout est d'équerre".