TGV-TER : "la maintenance est défaillante" selon Cuvillier

  • A
  • A
TGV-TER : "la maintenance est défaillante" selon Cuvillier
Frédéric Cuvillier sur Europe 1@ DR
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Selon le secrétaire d'Etat aux Transports, la collision serait liée à une faille dans le système de signalisation des trains.

Le secrétaire d'Etat aux Transports en dit plus sur la collision entre un TER et un TGV, jeudi, à proximité de Pau. Selon Frédéric Cuvillier, la collision serait liée à un problème de maintenance, provoquant par ricochet une faille dans le système de signalisation des trains. En clair, un signal serait resté rouge trop longtemps, provoquant l'arrêt des trains, mais pas celui du TER. Le véhicule, qui circulait à 90km/h, a percuté, par l'arrière le TGV qui, lui, circulait à vitesse réduite, soit 30km/h.

>>> LIRE AUSSI - Grave collision entre un TER et un TGV

"La maintenance défaillante". "Des éléments technique peuvent venir expliquer cet événement. La maintenance sur la signalisation semblait être perturbée et défaillante. Il y a un certain nombres de pistes, mais il faudra que l'étude et les enquêtes engagées viennent étayer les explications. Est-ce-qu'il y a eu une erreur humaine ? Un problème technique ? Y-a-t-il eu une concomitance entre les deux ? Les enquêtes permettront de l'établir", a réagi le secrétaire d'Etat au micro d'Europe 1.
 

La chaleur ? "un élément explicatif". Ce dernier n'exclut pas par ailleurs, un problème de signalisation lié à la chaleur. "C'est un élément qui peut être un élément explicatif. Reste à établir un lien de causalité entre l'enchainement de ces événements. C'est vrai qu'il fait très chaud et qu'il peu y avoir une défaillance de la signalisation dû à cette chaleur. Est-ce pour autant ce qui a causé l'accident ? Il faudra également établir pour le TGV était à petite vitesse et pourquoi le TER, lui, était à vitesse normale", commente Frédéric Cuvillier.

"Priorité à la maintenance". Dans l'attente des résultats de l'enquête, le secrétaire d'Etat rappelle que la priorité est à la maintenance des voies, notamment depuis l'affaire Brétigny. "Ce que nous avons engagé depuis deux ans, c'est la priorité sur la maintenance du système ferroviaire. La priorité est donnée à cette modernisation, notamment aux réseaux existants. Ici, ce sont des réseaux où des investissements ont été engagés. Reste à savoir maintenant la raison technique sur ce dispositif de signalisation", a-t-il conclu.