Suppression du défilé du 1er mai : "décision unanime" au FN, selon Philippot

  • A
  • A
11 partages

SYMBOLE - Florian Philippot, vice-président du Front national, a indiqué dimanche dans le Grand Rendez-Vous d'Europe 1 que l'intégralité du bureau politique du parti s'était prononcé pour la suppression du défilé du 1er mai.

INTERVIEW

C'est une tradition du parti qui va disparaître. Depuis 1988, le Front national organisait un défilé le 1er mai pour rendre hommage à Jeanne d'Arc. Cette manifestation sera désormais remplacée par un banquet. "C’est une décision que nous avons prise lundi dernier en bureau politique de façon unanime, sous la présidence de Marine Le Pen", a indiqué Florian Philippot, vice-président du Front national, invité dimanche du Grand Rendez-Vous Europe 1- Le Monde- iTÉLÉ.

Préserver l'esprit de la manifestation. "Ce qui a été décidé, c’est de préserver l’esprit du 1er mai, c’est-à-dire l’hommage à Jeanne d’Arc et la fête du Travail", a-t-il indiqué. "Il n’y a rien d’extraordinaire à faire évoluer un événement, cela fait partie de la vie d’un mouvement politique que d’être capable de faire évoluer les choses." Florian Philippot a également invoqué des raisons de sécurité, alors que le Front national s'estime particulièrement visé par Daech. En effet, dans son numéro paru le 6 février, la revue islamiste radicale Dar al-islam avait publié une photo d'un défilé du Front national le 1er mai avec une légende présentant les "idolâtres du FN" comme des "cibles de premier choix".

Les réticences de Jean-Marie Le Pen. En dépit des déclarations de Florian Philippot, la suppression de ce symbole du parti frontiste semble faire grincer quelques dents. A commencer par celles de Marion Maréchal-Le Pen, qui était pour le maintien de l'événement, au nom de la tradition et de l'identité du Front national. La députée du Vaucluse estimait également que la manifestation permettait d'unir la formation politique au peuple. Surtout, Jean-Marie Le Pen, exclu du parti, a fustigé cette décision et décidé d'organiser un "contre-défilé". "J'invite tous les gens qui se considèrent sans peur et sans reproche à se retrouver place des Pyramides le 1er mai. Je m'adresserai à eux et on verra bien si je suis aussi seul", a t-il déclaré sur Europe 1 le 11 février dernier. Une initiative que Florian Philippot a préféré minimiser. "Jean-Marie Le Pen n’est pas au FN, il vit sa vie. Le Front national fera un grand banquet républicain, patriote. Ce sera un moment convivial, chaleureux", a t-il conclu.

>>Retrouvez l'interview de Florian Philippot en intégralité en cliquant ici.