Suppression de la taxe d'habitation : François Baroin (LR) rappelle son "hostilité"

  • A
  • A
Suppression de la taxe d'habitation : François Baroin (LR) rappelle son "hostilité"
Par ailleurs, François Baroin ne prendra "pas position" dans la course pour la présidence des Républicains et quittera le Sénat en septembre@ CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Partagez sur :

Le président de l'Association des maires de France a assuré que "le risque constitutionnel existe, les avantages sont assez limités et les inconvénients, immenses".

François Baroin, sénateur-maire (LR) de Troyes et président de l'Association des maires de France, a rappelé son "hostilité" à la suppression de la taxe d'habitation et pointé un "risque constitutionnel" au regard de la libre administration des collectivités, alors que s'ouvre lundi la Conférence des territoires.

"Le risque constitutionnel existe". "J'ai vu le président Macron la semaine dernière, ça s'est bien passé, on a parlé une heure. Il souhaite un pacte, mais un pacte, c'est donnant-donnant, c'est une discussion entre partenaires, et on avance ensemble. Il sait non pas nos réserves mais notre hostilité à la suppression de cette taxe d'habitation. Maintenant s'il le fait, il faudra voir les modalités", a déclaré François Baroin sur RTL

En "l'état actuel des propositions, qui sont les engagements du candidat Macron", "le risque constitutionnel existe, les avantages sont assez limités et les inconvénients, immenses", a estimé le président de l'AMF.

Baroin ne fait pas confiance à l'État pour rembourser cette suppression. Craint-il une mise sous tutelles des collectivités locales ? "À la fin en tout cas plus de 60-65% de nos budgets dépendront des dotations", a averti François Baroin qui "ne fait pas confiance, non pas à ce gouvernement" mais "à l'État pour sa capacité à rembourser la suppression d'un impôt".

Un principe de justice "pour tout le monde". Par ailleurs, "le principe de justice, il est pour tout le monde. On ne va pas laisser 20% de gens dans un système considéré comme injuste par l'État, par les collectivités locales, qui risquent de se retrouver dans la situation exorbitante à porter le fardeau pour les autres", a dit François Baroin. Le projet de suppression de la taxe d'habitation concerne 80% des foyers.

Le sénateur-maire prône de travailler sur la revalorisation des bases d'imposition de la taxe d'habitation. Il a également évoqué un "moratoire sur la fermeture des services publics locaux" et la "création d'une agence nationale de renouvellement des territoires" sur le modèle de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru).

Le gouvernement "n'a pas de poids lourds". Interrogé sur la situation politique, François Baroin a jugé Emmanuel Macron "actif". Mais le gouvernement en revanche "n'a pas de poids lourds. Richard Ferrand, François Bayrou ont quitté le gouvernement dans les conditions que l'on sait, les deux piliers de la construction de la majorité ont disparu". À droite, celui qui prétendait au poste de Premier ministre ne prendra "pas position" dans la course pour la présidence des Républicains et quittera le Sénat en septembre.