Primaire de la gauche : victorieux, Benoît Hamon rêve d'un grand rassemblement

  • A
  • A
Partagez sur :

Benoît Hamon a remporté la primaire de la gauche, dimanche, face à son concurrent Manuel Valls. Il en a immédiatement appelé à un rassemblement avec sa famille socialiste, mais aussi au-delà, avec Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon.

L'ESSENTIEL

Arrivé premier du premier tour, Benoît Hamon a confirmé au second, dimanche, pour la primaire de la gauche. Il a nettement devancé Manuel Valls. 

Les infos à retenir

  • Benoît Hamon est arrivé en tête du second tour de la primaire, avec plus de 58% des suffrages.

  • La participation est en hausse par rapport au premier tour

  • Néanmoins le scrutin est sévèrement jugé par les Français, qui l'ont trouvé mal organisé, selon notre sondage Odoxa

>>Retrouvez les moments forts de la soirée du second tour

23h50. La participation dépasse les 2 millions. Plus de 2 millions de personnes se sont déplacé pour le second tour. Le comité national d'organisation de la primaire a dénombré 2.000.255 bulletins sur 7.023 bureaux de vote, soit 97,43%. Benoît Hamon obtient 58,87% des suffrages quand Manuel Valls en a récolté 41,13%. 

22h43. Le "grand bravo" de Martine Aubry. La maire de Lille avait fini par apporter son soutien, pendant l'entre-deux-tours, à Benoît Hamon. Martine Aubry félicite dans un communiqué le vainqueur, lui adressant un "grand bravo pour sa victoire sans appel". "Son projet apporte un souffle nouveau à la gauche et à notre pays", affirme-t-elle. "Il s'est attaqué avec des réponses neuves et fortes aux défis actuels et à venir de nos sociétés. Il a, ainsi, su réveiller l'enthousiasme à gauche et ranimer l'espoir d'un avenir meilleur pour tous et pour chacun."

22h28. Hamon s'excuse d'avoir coupé Valls. Maladresse ou mesquinerie ? A priori, première option. En prenant la parole avant que Manuel Valls ait fini son discours, Benoît Hamon a interrompu son adversaire vaincu. De manière tout à fait involontaire, assure-t-il. Le candidat victorieux s'explique et s'excuse devant ses militants. "Quelqu'un dans notre équipe qui était bien intentionné mais mal informé a donné le signal que Valls avait fini. C'était tout sauf volontaire", affirme aussi Christian Paul, député hamoniste, au Huffington Post



22h10. Pour le FN, Hamon est "candidat de l'islamisme". Sitôt désigné, sitôt attaqué. Benoît Hamon est pris pour cible, au micro d'Europe 1, par l'eurodéputé frontiste Nicolas Bay. "Manuel Valls souhaitait maintenir un minimum de défense des valeurs républicaines, alors que Benoît Hamon est celui qui veut renoncer aux valeurs républicaines. C'est le candidat de l'islamisme et du communautarisme", martèle l'élu FN. 


Nicolas Bay, secrétaire général du Front...par Europe1fr

22h01. Peillon salue "chaleureusement" la victoire de Hamon. Défait au premier tour de la primaire de la gauche, Vincent Peillon "salue chaleureusement" la victoire "nette" de Benoît Hamon. "Je voudrais aussi adresser un mot d'amitié à Manuel Valls qui a été courageux dans une campagne difficile, et je salue sa dignité", poursuit l'ancien ministre de l'Éducation en appelant au "rassemblement de tous les socialistes et de toute la gauche, sinon elle se cassera, pour être présent au second tour de la présidentielle et l'emporter au mois de mai".

21h45. Une poignée de main furtive. Ils restent quelques dizaines de secondes dehors, devant Solférino. Benoît Hamon et Manuel Valls se serrent la main furtivement devant une centaine de personnes, sans un mot, avant de rentrer dans le siège du Parti socialiste. 

21h36. Hollande félicite...l'équipe de France de handball. Le président avait prévenu : pas question pour lui de faire preuve d'ingérence dans la primaire de la gauche. Cette bonne résolution s'est même carrément transformée en indifférence totale. Le chef de l'État n'a pas voté, n'a pas regardé tous les débats. Et le voilà qui, le soir du second tour, adresse ses félicitations dans un tweet. Au vainqueur, Benoît Hamon ? Et bien non. À l'équipe de France de handball, qui a battu la Norvège et a été couronnée championne du monde pour la sixième fois. La fin du match était il y a deux heures et demi, mais qu'importe.



Et comme le trolling est un art que maîtrise à la perfection François Hollande, celui-ci a aussi utilisé la victoire des handballeurs pour s'attaquer à Nicolas Sarkozy. "Ça nous fait du bien. Il y a une équipe de jeunes, d'anciens, avec un très bel esprit. Et ça, ça fait, je crois, la fierté de la France. Ils sont tous pour la France. Ça pourrait être un bon slogan : tous pour la France."

21h21. Et si Hamon grignotait sur Mélenchon ? Publié après les résultats du second tour de la primaire de la gauche mais réalisé avant, un sondage Kantar Sofres-One Point pour Le Figaro donne Marine Le Pen en tête de l'élection présidentielle, avec 25% des voix. Derrière elle, François Fillon et Emmanuel Macron sont au coude à coude, à 22 et 21%. Surtout, Benoît Hamon pointe à 15% des suffrages, devant Jean-Luc Mélenchon à 10% d'intentions de vote. Le candidat socialiste pourrait donc bien prendre l'avantage à la gauche de la gauche.

C3XYT2rWMAA9vc6 (1)

21h15. Les résultats s'affinent. Ce sont désormais les suffrages de 1.591.247 personnes qui sont recensés par les organisateurs de la primaire. Benoît Hamon obtient 58,88% des voix, contre 41,12% pour Manuel Valls.

21h03. Hamon et "l'élan" donné par la victoire. Au tour du vainqueur de s'exprimer. Fort de sa large victoire, Benoît Hamon estime qu'elle lui donne "une force considérable pour gagner cette élection présidentielle". "Ce soir, la gauche relève la tête, elle veut gagner." Benoît Hamon "adresse un salut sincère, chaleureux et amical à Manuel Valls". Lors du débat d'entre-deux-tours, "nous avons su dire que nos différences ne seront pas irréductibles lorsqu'il s'agira d'affronter nos vrais adversaires", juge-t-il. Surtout, Benoît Hamon veut aller plus loin dans le rassemblement, appelant Yannick Jadot, candidat d'Europe Ecologie-Les Verts, et Jean-Luc Mélenchon, à "construire une majorité gouvernementale cohérente". Il les invite ainsi à "ne penser qu'à l'intérêt des Français au-delà de [leurs] personnes".

Selon les journalistes présents sur place, l'ambiance est survoltée.



20h55. Valls souhaite "bonne chance" à Hamon. Manuel Valls prend la parole un peu avant 21 heures, depuis son QG. "Benoît Hamon l'a emporté nettement et je tiens chaleureusement à le féliciter. J'ai depuis toujours le sens de l'action collective et de la loyauté, je suis profondément attaché au respect des engagements pris", déclare-t-il, visiblement ému. "Benoît Hamon est désormais le candidat de notre famille politique. Je veux lui souhaiter bonne chance pour le combat qui est devant lui."

Manuel Valls s'étend aussi sur la défense du bilan du quinquennat. "Nous n'avons pas collectivement assumé le réformisme. Et pourtant. Le temps venu, l'Histoire replacera notre action à la hauteur de ce qu'elle a été", estime-t-il. "Je ne vous cache pas mon inquiétude, les germes de la décomposition politique sont bien là, à gauche comme à droite."

20h52. "Belle victoire", reconnaît Philippe Doucet. Beau joueur, Philippe Doucet, porte-parole de Manuel Valls, félicite Benoît Hamon pour sa "belle victoire" sur Europe 1. "Je suis content qu'on ait passé les 40%", précise-t-il aussi avant de promettre de faire "activement" la campagne de Benoît Hamon.

20h43. Hamon à 58,65%. Thomas Clay, président de la Haute autorité de la primaire, annonce les premiers résultats officiels. Benoît Hamon obtient 58,65% des suffrages, contre 41,35% pour Manuel Valls. Cela porte sur 60% des bureaux de vote dépouillés, soit 4.322. Par ailleurs, la participation est évaluée à 1.101.180 votants sur ces bureaux, bien plus qu'au premier tour. À titre de comparaison, François Hollande l'avait emporté en 2011 avec 56,6% des suffrages.

20h32. Hamon vainqueur. L'AFP, qui cite des sources du Parti socialiste, annonce la large victoire de Benoît Hamon devant Manuel Valls. L'ancien ministre de l'Éducation nationale aurait environ 58% des suffrages, contre 42% pour son concurrent.

20h18. Bennahmias très pressé de choisir. Candidat à la primaire arrivé bon dernier du premier tour, Jean-Luc Bennahmias, lui, n'a aucun mal à jouer le rassemblement. Alors qu'il avait annoncé son soutien à Manuel Valls entre les deux tours, et alors même que les résultats du second tour ne sont pas encore tombés, le président du Front démocrate s'est rallié sur Twitter à Benoît Hamon. "Sans état d'âme", il "respecte les règles de la primaire".



20h04. Ambiance électrique chez Benoît Hamon. À la Mutualité, le QG de Benoît Hamon, l'ambiance est autrement plus festive que chez Manuel Valls. "Les militants sont peu nombreux à envisager la défaite", raconte David Doukhan, notre journaliste politique sur place. "L'ambiance est électrique." Détail qui montre aussi qu'on entre dans le dur de la campagne présidentielle : la presse étrangère est largement présente.

19h41. Le rassemblement s'annonce compliqué. Normalement, la règle de la primaire veut que le vaincu soutienne le vainqueur. Tous les candidats s'y sont engagés. Mais le rassemblement semble néanmoins mal parti. "Le projet est impartageable", juge ainsi David Habib, porte-parole de Manuel Valls, sur Europe 1. "Je ne pourrai pas faire campagne sur un certain nombres de sujets que je ne partage pas. J'attends que Benoît Hamon, s'il l'emporte, se recentre." Daniel Cohn-Bendit, éditorialiste pour Europe 1, est plus catégorique encore : "Hamon et Valls ne peuvent pas rester dans le même parti."

19h35. Manuel Valls attendu à son QG. Comme au soir du premier tour, Manuel Valls et ses soutiens se retrouvent à la Maison de l'Amérique latine pour vivre la soirée électorale. Il y est attendu dans une quinzaine de minutes et devrait s'isoler avec son cercle rapproché, indique notre reporter sur place, William Galibert. Une photo est ensuite prévue avec Benoît Hamon à quelques minutes à pied de là, à Solférino.

19h29. "Il faut se féliciter de la participation". Pour Hella Kribi-Romdhane, porte-parole de Benoît Hamon, le sondage Odoxa-Dentsu consulting "ne tombe pas de nulle part". "Il y a eu quelques petits couacs la semaine dernière", reconnaît-elle au micro d'Europe 1. Dans ce contexte un peu tendu, "il faut se féliciter de la participation", estime-t-elle. 

19h12. L'organisation de la primaire pointée du doigt. Quel que soit le vainqueur, la primaire de la gauche aura déçu. Selon un sondage Odoxa-Dentsu consulting pour Europe 1, 60% des Français estiment en effet que le scrutin n'a pas respecté les règles de la transparence. Pour 62% d'entre eux, il n'a pas été bien organisé et 67% considèrent même qu'il ne permettra pas à son vainqueur d'aborder la campagne pour la présidentielle dans les meilleures conditions.



En cause : les soupçons de manipulation autour des chiffres de la participation et les résultats, après une série de cafouillages sur le site de la primaire.

19 heures. Les bureaux de vote ferment leurs portes. Ouverts depuis 9 heures ce matin, les 7.530 bureaux de vote de la primaire ont fermé leurs portes à 19 heures. Les personnes qui n'ont pas encore voté mais qui sont entrées dans la salle peuvent encore voter après 19 heures.

À 17 heures, la participation était de 1.306.852 personnes sur 75% des bureaux de vote. Une hausse de 22,8% par rapport au premier tour, dimanche dernier.