La ville de Strasbourg doit inaugurer samedi une nouvelle extension de ses lignes de tramway qui en fera le "premier réseau maillé de France". Le secrétaire d'état aux transports, Dominique Bussereau, sera présent lors de l'inauguration des nouvelles voies.

Le tramway de Strasbourg se refait une beauté. Six des treize kilomètres de voies nouvelles mises en chantier il y a quatre ans entreront en service samedi, en présence du secrétaire d'Etat aux transports Dominique Bussereau, mais ils suffiront à mailler les cinq lignes qui ne se croisaient jusqu'ici qu'au centre-ville. En termes de lignes commerciales, l'offre passera de 31 à 46 kilomètres pour atteindre près de 54 kilomètres mi-2008 après la mise en service des dernières extensions. En longueur de rails posés, le tramway strasbourgeois s'étirera alors sur près de 39 kilomètres.Cette troisième phase d'extension, après le retour du tramway à Strasbourg en 1994, représente un investissement de près de 400 millions d'euros, matériel roulant compris. "Nous serons la première ville de France du point de vue de la présence du tramway", se réjouit le président UMP de la Communauté urbaine, Robert Grossmann."Le tramway est un outil de déplacement mais aussi une colonne vertébrale dans la ville qui fixe autour d'elle un certain nombre de projets de renouvellement urbain", professe Fabienne Keller, sénateur-maire UMP de Strasbourg qui a toujours affiché sa sensibilité environnementale. La remarque est particulièrement vraie pour le Neuhof, un quartier "sensible" situé au sud-est de la ville, près du Rhin, que le tramway va désenclaver. A titre plus symbolique, les rames à plancher surbaissé intégral s'arrêteront à partir de novembre devant le parlement européen. Au premier semestre 2008, ce sera au tour des communes résidentielles d'Ostwald et de Lingolsheim d'être enfin reliées au réseau.L'extension des lignes s'accompagne d'une augmentation considérable du nombre de places offertes, la Compagnie des transports strasbourgeois (CTS), qui exploitait 53 rames, ayant acheté 41 tramways supplémentaires, des "Citadis", à Alstom. Elle attend en moyenne 280.000 voyages quotidiens sur le réseau contre 220.000 actuellement, soit 200 voyages par an et par habitant dans cette agglomération de 450.000 habitants. "Pour favoriser "l'écomobilité", la ville a également entrepris de développer à proximité des stations, outre les parking-relais destinés aux voitures, des "véloparcs" pour ses 130.000 cyclistes.Non gardés mais protégés de la pluie et accessibles avec une carte d'abonnement au réseau de transports urbains, ils seront une cinquantaine d'ici 2009 contre sept actuellement.