Stéphane Bern, nouveau "Monsieur Patrimoine" d'Emmanuel Macron

  • A
  • A
Stéphane Bern, nouveau "Monsieur Patrimoine" d'Emmanuel Macron
Emmanuel Macron et Stéphane Bern visitaient samedi matin, à l'occasion des Journées européennes du Patrimoine, le château de Monte-Cristo. @ LUDOVIC MARIN / AFP
Partagez sur :

INFO E1 - Emmanuel Macron, en visite samedi matin au château d'Alexandre Dumas, a décidé d'appeler Stéphane Bern au secours du patrimoine.

INFO EUROPE 1

Il est plutôt rois et reines, mais c'est aussi un intime d'Emmanuel Macron. Stéphane Bern accompagnait samedi matin le chef de l'État sur les traces d'Alexandre Dumas. Et selon des informations d'Europe 1 confirmées à cette occasion par Emmanuel Macron et l'animateur lui même, le président de la République a trouvé en lui son "Monsieur Patrimoine".

Un objectif sur six mois. Une lettre de mission et un objectif fixé sur six mois ont ainsi été confiés à l'animateur, qui sera chargé d'établir une liste des monuments et des bâtiments en péril. Son créneau : identifier en priorité les trésors méconnus du patrimoine français, ceux que les petits propriétaires ou les communes peinent à entretenir.

L'Élysée a formulé une autre demande à Stéphane Bern : proposer des pistes nouvelles pour le financement de ces rénovations que l'État n'a plus les moyens d'assumer. Ce que l'Elysée assume entièrement en revanche, c'est le côté 'people' de ce recrutement. Stéphane Bern est un très proche d'Emmanuel Macron et de son épouse. Il avait d'ailleurs été convié à la Rotonde pour fêter les résultats le soir du premier tour de la présidentielle.

Je suis très heureux de pouvoir le faire. Je ne me dérobe pas

"Tant mieux si l'on peut mettre à profit sa notoriété". Emmanuel Macron visitait samedi matin, à l'occasion des Journées européennes du Patrimoine, le château de Monte-Cristo, élégante demeure style Renaissance qu'Alexandre Dumas s'était fait construire en 1844 à Port-Marly (Yvelines) et où il menait grand train. 

A la question "pourquoi Stéphane Bern", le chef de l'Etat a répondu : "Pourquoi pas ? Parce qu'il a cette passion, parce qu'il a montré dans ces dernières années son attachement au patrimoine culturel par ses émissions, et donné goût à cela à nombre de nos concitoyens". "Il ne nous a pas attendu pour défendre le patrimoine" ajoute l'entourage du président, contacté par Europe 1. "Tant mieux si l'on peut mettre à profit sa notoriété".

"Je ferai ça bénévolement". Stéphane Ben, interrogé sur place par l'AFP, a expliqué qu'un premier rapport était prévu dans 6 mois. Il s'agit de "recenser les chefs d'oeuvre en péril, comme cela avait été fait par un illustre prédécesseur au XIXe siècle, Prosper Mérimée et de trouver de nouveaux moyens de financement, sans surcharger le budget de l'Etat", a-t-il commenté. "Je suis très heureux de pouvoir le faire. Je ne me dérobe pas, j'ai passé mon temps à défendre le patrimoine. Quand l'Etat vous le demande, vous le faites, c'est tout", a-t-il lancé. "Je ferai cela en plus de mon travail, bénévolement, et s'il y a des réunions, je les ferai chez moi", a-t-il assuré.