SOS Racisme porte plainte contre Guéant

  • A
  • A
SOS Racisme porte plainte contre Guéant
La plainte a été déposée contre Claude Guéant pour "incitation à la haine raciale"@ REUTERS
Partagez sur :

L’association attaque le ministre suite à ses propos sur le "problème" du nombre de musulmans.

Après Brice Hortefeux, au tour de Claude Guéant. A peine deux mois après sa prise de fonctions, SOS Racisme a déposé plainte contre le minstre vendredi devant la commission des requêtes de la Cour de Justice de la République (CJR) pour incitation à la haine raciale. Sous la présidence de Nicolas Sarkozy, il est donc le deuxième membre du gouvernement de l’intérieur attaqué pour ce motif.

SOS Racisme se réfère aux propos tenus pas le ministre le 4 avril. Claude Guéant avait estimé qu’il était "vrai que l'accroissement du nombre des fidèles de [la religion musulmane] et un certain nombre de comportements, posent problème".

Discours récurrent fondé sur la xénophobie

Pour l’association, ces propos "ne sont pas un simple dérapage mais s'inscrivent dans un discours récurrent chez le nouveau ministre de l'Intérieur, discours fondé pour l'essentiel sur la xénophobie et la discrimination". SOS Racisme s’est également référé à d’autres déclarations de Claude Guéant, notamment lorsqu’il avait estimé que les Français "ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux" ou avait parlé de "croisade" à propos de l'action menée par Nicolas Sarkozy pour convaincre la communauté internationale d’intervenir en Libye.

Mercredi, en marge d’un déplacement, le ministre s’était défendu d’avoir "jamais rien dit qui soit de nature raciste", estimant que et "rien" n’était "plus éloigné" de ce qu’il pense "que la xénophobie". Au contraire, pour lui, son action "est précisément pour éviter que la xénophobie ne gagne pas [son] pays".

D’autres procédures en vue

La CJR est la cour compétente pour juger des crimes et délits commis par les membres du gouvernement dans l’exercice de leurs fonctions. Sa commission des requêtes examinera la plainte lors d’une réunion en mai ou juin. Si elle la juge recevable, le procureur général près la Cour de cassation, Jean-Louis Nadal, saisira la "commission d'instruction" de la CJR, formée de trois magistrats de la Cour de cassation, et une enquête sera ouverte. C’est à l’issue de c es investigations que la commission d’instruction décidera soit du non-lieu, soit du renvoi de Claude Guéant devant la CJR.

Mais les procédures pourraient ne pas s’arrêter là pour l’ancien secrétaire général de l’Elysée. Jeudi, d’autres associations antiracistes ont annoncé leu intention porter plainte contre le ministre pour des motifs similaires. Ainsi, le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap), l'association "SOS Soutien ô sans papiers" et un élu local pourraient eux aussi s’en prendre aux propos du ministre.