Sondage : Macron ferait un "bon" président de la République pour 45% des Français

  • A
  • A
Sondage : Macron ferait un "bon" président de la République pour 45% des Français
L'ancien ministre se lancera-t-il dans la course à l'Elysée ? @ FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
Partagez sur :

L'ancien ministre de l'Economie, dont la candidature à la présidentielle n'a pas été déclarée, ferait un bon président pour près de la moitié des sondés.

Il n'est pas encore candidat à l'Elysée mais séduit déjà près de la moitié des Français. Emmanuel Macron, qui a démissionné mercredi de son poste de ministre de l'Economie, est perçu par 45% des Français comme susceptible de faire un "bon" président de la République, selon un sondage Odoxa à paraître dimanche dans Le Parisien/Aujourd'hui en France. L'ancien ministre arrive derrière Alain Juppé (56%) à la deuxième place du classement des personnalités politiques perçues comme susceptible de faire un "bon" président de la République.

Une popularité grandissante. Selon ce sondage, Emmanuel Macron serait le candidat que les Français préféreraient pour la gauche avec 20% de citations, devant Manuel Valls (15%), Jean-Luc Mélenchon (12%) et François Hollande (6%). 51% des personnes interrogées disent avoir "une bonne opinion" du ministre démissionnaire et 45% souhaitent qu'il se présente à l'élection présidentielle. Sa démission lui a rapporté 4 points de popularité par rapport au mois de juillet et sa cote de popularité s'élève dorénavant à 58%.

Jugé "trop proche de la finance". Emmanuel Macron, qui a quitté le gouvernement pour se consacrer à plein temps à son mouvement politique "En marche !", apparaît "dynamique" aux yeux de 73% des personnes interrogées, "courageux" (62%), "compétent" (59%), il est perçu comme "incarnant le renouveau" pour 58% et "sachant où il va" pour 58%. Ancien ministre de l'Economie et ancien banquier, il est jugé par 66% des Français comme étant "trop proche de la finance" et 68% pensent qu'il n'est pas "proche des gens". Enfin 74% pensent qu'il a eu raison de démissionner et parmi les sympathisants de gauche 65% approuvent sa décision.