S'il gagne en 2017, Sarkozy, lui, raccompagnera "avec grand plaisir" Hollande à sa voiture

  • A
  • A
S'il gagne en 2017, Sarkozy, lui, raccompagnera "avec grand plaisir" Hollande à sa voiture
Nicolas Sarkozy et François Hollande dans la cour à l'Elysée, le 15 mai 2012. @ PHILIPPE WOJAZER / AFP
Partagez sur :

Nicolas Sarkozy, lundi sur Europe 1, a dénoncé le manque de courtoisie de François Hollande qui ne l'avait pas raccompagné à sa voiture lors de la passation de pouvoir à l'Elysée en mai 2012

C'est une scène de la vie politique qui reste dans toutes les mémoires. Nous sommes le 15 mai 2012, François Hollande vient juste d'être élu président de la République. Après une poignée de mains sur le perron de l'Elysée, le nouveau chef de l'Etat, resté en haut des marches, tourne les talons, pendant que Nicolas Sarkozy rejoint sa voiture garée dans la cour de l'Elysée, accompagné de son épouse Carla Bruni. Invité lundi matin sur Europe 1 à l'occasion des Lundis de la primaire, Nicolas Sarkozy a assuré que, lui, raccompagnerait François Hollande à sa voiture "avec grand plaisir" s'il gagne en mai 2017, par "courtoisie républicaine".  

"La courtoisie, une valeur républicaine importante". "Oh avec un grand plaisir", a-t-il ainsi répondu avec ironie, faisant allusion à l'attitude de son successeur en 2012. "Je pense que la courtoisie républicaine fait partie des valeurs qui sont importantes", a poursuivi l'ancien locataire de l'Elysée, visiblement encore agacé par cet épisode. "J’ai raccompagné, figurez-vous, un président de la République dans la cour de l’Elysée. C'était Jacques Chirac. On n'a pas toujours été d'accord, mais j'avais été très ému parce que c'était le moment où il partait. Je pense qu'être courtois, c'est une marque de civilisation". 

La chanson Le Pingouin. Selon certaines indiscrétions, cette passation de pouvoir de 2012 aurait inspiré à Carla Bruni la chanson du Pingouin. "D’abord, mon épouse a beaucoup de talent. Je ne suis pas sûr que Carla ait besoin de François Hollande pour être inspirée", a ironisé Nicolas Sarkozy.