Sevran : le gouvernement répond

  • A
  • A
Sevran : le gouvernement répond
Le maire de Sevran s'est installé devant l'Assemblée nationale.@ MAXPPP
Partagez sur :

Manuel Valls a rendu visite à Stéphane Gatignon, en grève de la faim depuis vendredi.

Il a réussi à attirer l'attention. Stéphane Gatignon, le maire EELV de Sevran, en Seine-Saint-Denis, a reçu des réponses de la part du gouvernement après avoir annoncé qu'il était en grève de la faim depuis vendredi pour sauver sa commune. Installé sous une tente devant l'Assemblée nationale, il a reçu samedi matin la visite d'un soutien de poids : le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls.

"Je suis venu ce matin (samedi) pour lui apporter un message de solidarité et d'amitié car il mène un combat courageux", a-t-il déclaré. "Je le connais depuis très longtemps. Il est devenu maire de Sevran à peu près en même temps que moi à Evry. On a souvent eu l'occasion de parler des difficultés financières des villes de banlieue".

Sevran ne peut plus payer ses créanciers

Stephane Gatihgnon, maire de Sevran, en grève de la faim devant l'Assemblée nationale

© PHOTOPQR/LE PARISIEN/DELPHINE GOLDSZTEJN

Ce que réclame Stéphane Gatignon, c’est d’abord une aide de 5 millions d’euros de la part de l’État. Sa commune, l’une des plus pauvres de France, n’a en effet plus les moyens de payer ses créanciers. "Si nous n'avons pas ces 5 millions, nous ne pourrons pas avoir des emprunts de la Caisse des dépôts et nous ne pourrons pas payer les entreprises qui travaillent actuellement pour nous", explique le maire sur Mediapart.

Le maire demande également une hausse de 180 millions d'euros de la Dotation de solidarité urbaine (DSU), que verse l'État aux communes et le doublement de la Dotation de développement urbain (DDU), réservé aux communes les plus pauvres, " de 50 à 100 millions d’euros". Des messages que Manuel Valls s'est engagé, selon le maire, à relayer au gouvernement. "Je le reçois avec un grand plaisir, ça fait chaud au cœur. C'est un vrai élu local, il comprend ces questions. Nous avons discuté de la ville, des collectivités", a ajouté l'élu écologiste.

4,7 millions à la fin de l'année

Le ministre de la Ville, François Lamy, a assuré que la ville réussirait à boucler son budget. "Je me suis engagé à ce que Sevran touche d'ici la fin de l'année 4,7 millions d'euros de l'Agence nationale de rénovation urbaine (Anru) qui ont été retardés parce que les dossiers étaient mal bouclés", a-t-il affirmé.

Le ministre a aussi affirmé que la DSU était un un "niveau historique" et que Sevran toucherait, en conséquence, "plus de deux millions d'euros entre la DOS et le fonds de solidarité régional" en 2013.

La question étudiée mardi à l'Assemblée

L'Assemblée nationale examinera mardi matin les articles du Budget de l'État consacrés aux relations avec les collectivités territoriales. C'est lors de ces débats que doit être votée la DSU, qui a atteint 1,37 milliard d'euros en 2012, et doit progresser de "120 millions d'euros" en 2013, selon le ministre délégué à la Ville François Lamy. Dans un courrier adressé fin octobre à M. Gatignon, il avait également indiqué que la DDU serait "reconduite à hauteur de 50 millions d'euros".