Saussez reprend sa liberté

  • A
  • A
Saussez reprend sa liberté
Thierry Saussez quitte la direction du Service d'information du gouvernement@ MAXPPP
Partagez sur :

Il était le patron du Service d'information du gouvernement (SIG) depuis avril 2008.

Thierry Saussez, patron du Service d'information du gouvernement (SIG) depuis avril 2008, a annoncé lundi qu'il quittait ses fonctions au moment d'une "nouvelle étape du quinquennat". Pour l'heure, ce proche de Nicolas Sarkozy, qui avait participé à la campagne présidentielle de 2007, souhaite redevenir consultant politique.

Saussez conseillera les patrons et les politiques

"J'ai toujours indiqué que ma mission était temporaire", a-t-il indiqué pour expliquer son départ à quelques semaines du remaniement gouvernemental.

"J'ai besoin d'entreprendre des missions de conseil stratégique", pour des patrons du privé mais aussi pour des politiques, a-t-il poursuivi avant d'insister : "Nicolas Sarkozy (...) sait qu'il pourra toujours compter sur ma fidélité et mon engagement".

Quel bilan ?

Quel bilan tire-t-il de ces deux ans passés à la tête du SIG ? Le service "est passé d'un service destiné au suivi de l'opinion et à la labellisation des campagnes publiques, à un pôle d'analyse, de coordination et d'impulsions", a répondu Thierry Saussez.

A 61 ans, il affirme avoir quadruplé le budget du SIG "par transfert de crédits des ministères".

Quelques couacs notables...

Quelques-unes de ses initiatives avaient suscité les critiques, dont le projet, avorté, d'une émission gouvernementale à la télévision.

France.fr, site officiel destiné à promouvoir l'image de la France, avait également connu de gros bugs lors de son baptême le 14 juillet et avait aussitôt été fermé pendant un mois. Ce dysfonctionnement avait suscité des commentaires très ironiques sur la toile, jusqu'aux Etats-Unis, et des rumeurs sur son éviction avaient circulé.

"Malgré ce regrettable bug de départ, France.fr sera en novembre 2010 l'un des trois ou quatre sites officiels de pays les plus visités au monde", se défend Thierry Saussez. Présenté à son arrivée comme le Monsieur "anti-couacs" du gouvernement, il est resté principalement cantonné à une mission de publicitaire de l'action de l'exécutif.