Sarkozy traite un journaliste de "couillon"

  • A
  • A
Sarkozy traite un journaliste de "couillon"
Nicolas Sarkozy traite un journaliste de "couillon"@ Capture écran itélé
Partagez sur :

Il a eu un échange peu sympathique avec un journaliste, lors d'un déplacement dans la Marne.

Nicolas Sarkozy, qui a ironisé jeudi sur la fébrilité présumée de François Hollande, son principal adversaire, s'en est pris à un journaliste qu'il a traité de "couillon" dans un échange mi-amusé mi-irrité sur les heurts survenus lors de la manifestation de salariés d'ArcelorMittal à Paris.

"Qu'est-ce que vous voulez que j'ai à foutre..."

 En déplacement dans la Marne, le président-candidat bavardait avec des journalistes sur la campagne, et notamment le candidat socialiste, lorsqu'un jeune journaliste l'a interpellé sur les échauffourées entre des salariés d'ArcelorMittal et les forces de l'ordre qui ont fait usage de gaz lacrymogène, lors d'une manifestation près de son QG de campagne.

 "Mais les gaz lacrymogènes, vous vous en seriez bien passé, non? L'image est quand même assez...non?", lui a demandé le jeune homme. Réponse de Nicolas Sarkozy, énervé: "Qu'est-ce que vous voulez que j'ai à foutre de ce que vous me dites ? Qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ?... Eh couillon, va!", lui alors lancé le chef de l'Etat en souriant, avant d'ajouter "Pardon!, toujours rieur, devant la mine interloquée de certains journalistes, une main sur l'épaule du jeune homme. "Mais parce qu'il est sympa, il est jeune", a-t-il conclu.

L'échange a été filmé par Itélé.







Nicolas Sarkozy était questionné sur la venue de salariés d'ArcelorMittal Florange, venus à Paris défendre leurs emplois et asperger de gaz lacrymogène dans l'après-midi.

Les salariés ont tenté de se rendre au QG de campagne de Nicolas Sarkozy, où ont éclaté de brèves échauffourées. A quelques encablures du QG, situé dans le XVe arrondissement, les sidérurgistes ont alors été aspergés de gaz lacrymogène par la gendarmerie mobile et refoulés vers le pont Mirabeau.