Sarkozy promet d'être "différent"

  • A
  • A
Sarkozy promet d'être "différent"
@ Capture d'écran BFMTV
Partagez sur :

EXCLU - Le président-candidat se confie dans Paris Match et dévoile son nouveau visage.

"Je serai un président différent !" La promesse de Nicolas Sarkozy s'affiche sur la couverture de Paris Match, à paraître jeudi. Toujours président mais déjà candidat, Nicolas Sarkozy décrit le nouveau président qu'il veut être s'il est réélu le 6 mai dans une longue interview.

"Lorsqu’on devient présdent, il faut de la distance"

Nicolas Sarkozy poursuit le mea culpa qu'il avait entamé à la télévision, fin février puis début mars dans "Des paroles et des actes". "On ne reproduit pas les erreurs qu'on a pu commettre", assure-t-il. "La principale erreur a été de penser que j'étais encore ministre. Ministre, il faut de la réactivité, de l'instantanéité. Lorsqu'on devient président, à côté de cette réactivité, il faut aussi distance et solennelité", ajoute le président.

"Parce que j'ai cinq ans de plus, forcément cela m'apaise", garantit le président. Et le candidat de promettre, en cas de réélection : "je serai un président qui aura plus de recul par rapport à l'actualité et qui se préoccupera des grandes réformes qu'il y a à mener." Quant à l'issue de la campagne, Nicolas Sarkozy affiche une détermination sans faille. "La dynamique est de notre côté", jure-t-il.

Les crimes de Toulouse et Montauban, "monstrueux de sang-froid et de barbarie"

Le chef de l'Etat, qui a reçu Paris Match vendredi à l'Elysée, n'a pas manqué de commenter le drame de Toulouse. Au lendemain de l'intervention du Raid et après une semaine éprouvante, Nicolas Sarkozy s'est montré touché par ce qu'il venait de vivre, racontent les journalistes. Le président a d'ailleurs refusé de visionner les vidéos des tueries de Mohamed Merah. Il "sait ce qu'il y a dedans et ça lui suffit amplement", expliquent nos confrères. Pour Nicolas Sarkozy, "c'est monstrueux de sang-froid et de barbarie".

Nicolas Sarkozy a fait une dernière confidence aux journalistes, mais qui ne figure pas dans l'entretien publié jeudi : il a renoncé à publier son livre de réflexions personnelles sur sa vision du quinquennat et sur ses errements. En revanche, un petit livre devrait tout de même paraître la semaine prochaine, mais le président sortant est resté très mystérieux sur son contenu.