Sarkozy et Hollande renvoyés dos à dos

  • A
  • A
Sarkozy et Hollande renvoyés dos à dos
@ MAXPPP et REUTERS
Partagez sur :

RÉACTIONS - François Bayrou et Marine Le Pen ont fustigé les meetings des deux favoris.

Nicolas Sarkozy et François Hollande n'étaient pas les seuls à tenir meeting, dimanche. François Bayrou, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon et Nathalie Arthaud avaient aussi réuni leurs sympathisants et n'ont pas manqué de railler les meetings des deux favoris à l'élection présidentielle.

"Des shows parisiens à coups de millions", dénonce Le Pen

Sans surprises, la candidate du Front national a été la plus vindicative, dénonçant "ces shows parisiens à coups de millions, à coups de centaines de bus affrétés". "Ici, pas de stars, pas de showbiz, pas d'anciens ministres, pas de musique pour la télévisions, mais des Français", a commenté Marine Le Pen, depuis son fief d'Hénin-Beaumont où elle tenait meeting. "Voyez les bobos venus après le brunch au spectacle de la Concorde, avant de filer en Velib' à Vincennes voir si François à une cravate plus cool que Nicolas", a encore moqué la candidate du FN.

François Bayrou a, lui, raillé les rassemblements de Vincennes et La Concorde, "des meetings qui se veulent monumentaux à Paris, faits pour donner des images impressionnantes". Le candidat du MoDem s'est ensuite présenté dimanche à Marseille comme le candidat du "parti de la vérité" contre ceux du mensonge, renvoyant dos-à-dos François Hollande et Nicolas Sarkozy. "Ils mentent car Nicolas Sarkozy ne veut pas que l'on regarde son programme de près et François Hollande a choisi de multiplier les promesses intenables", a dit François Bayrou.      

"Imité mais jamais égalé", se félicite Mélénchon

Jean-Luc Mélenchon s'est félicité d'être "imité mais jamais égalé". "Nous avons créé un style de campagne totalement nouveau en renouvelant le genre du meeting avec nos grands rassemblements en plein air", a indiqué le candidat du Front de gauche, en marge d'un meeting à Pau.

Sur son compte Twitter, son équipe de campagne fanfaronne en revendiquant 120.000 personne, samedi lors du rassemblement organisé sur la plage du Prado à Marseille.

 En meeting au Zénith de Paris, Nathalie Arthaud a aussi renvoyé dos à dos François Hollande et Nicolas Sarkozy, deux politiciens professionnels formés pour, une fois élus, servir les intérêts de la classe qui domine toute la société". "On les voit déjà frétiller à gauche, devant les cabinets ministériels. A droite, on se prépare plutôt à ronger son frein pendant cinq ans, en exerçant le dur métier d'avocat d'affaires", a ironisé la candidate de Lutte ouvrière.