Sarkozy aux petits soins avec les militants UMP

  • A
  • A
Sarkozy aux petits soins avec les militants UMP
@ AFP
Partagez sur :

Le président de l'UMP a instauré une permanence quotidienne d'une heure au cours de laquelle les dirigeants du parti reçoivent les adhérents. Europe 1 a assisté à l'une d'entre elles.

L'UMP veut engranger les militants. Nicolas Sarkozy en voudrait 500.000 en 2017. Aujourd'hui, ils sont un peu plus de 200.000. Des partisans choyés par le président du parti, déjà à la pêche aux voix en vue de la primaire. Alors que son rival Alain Juppé est très populaire en dehors du parti, l'ancien chef de l'Etat s'appuie plutôt sur le noyau dur de l'UMP, qui lui est plus favorable. Il reçoit les nouveaux militants une fois par mois. Il a aussi instauré une permanence d'une heure chaque jour, lors de laquelle une dizaine de militants échangent avec un dirigeant du parti.

>> Comment ça se passe ? Europe 1 a pu assister en exclusivité à l'une de ces permanences.

Les adhérents s'installent à la cafétéria. Certains sont très jeunes, d'autres sont des élus municipaux. Ce jour-là, c'est le député du Rhône Georges Fenech qui reçoit les militants au siège de l'UMP. Un siège "qui appartient à vous tous", assure-t-il aux visiteurs. L'élu assure la promo du patron : en une heure, il cite Nicolas Sarkozy une bonne douzaine de fois…

>> LIRE AUSSI - 70% des Français estiment que Sarkozy n’a plus d’autorité sur l’UMP

A bâtons rompus. Les militants parlent à bâtons rompus. Parmi les sujets abordés, le terrorisme, l'insécurité ou encore la vie interne de l'UMP. La parole est libre, la critique possible. "Cette proximité avec les adhérents, c'est très important", salue un adhérent présent. "Je ne pense pas que changer le nom du parti change grand-chose", estime pour sa part un deuxième. "Il ne faut pas prendre les électeurs pour des imbéciles".



Quand Sarkozy vient faire coucou. Et parfois, il y a la surprise du chef : Nicolas Sarkozy passe une tête à la cafétéria. "Bonjour, je vous remercie d'être venus", lance-t-il, visiblement ravi de ce système de permanences. "Moi je l'ai fait, ça m'a fait beaucoup de bien. Parce que tout d'un coup, on se retrouve vraiment face aux adhérents, sans calcul", glisse-t-il. Le président serre toutes les mains. Le résultat : des militants ravis, qui se transformeront peut-être en électeurs sarkozystes. Forcément précieux pour la primaire.

>> LIRE AUSSI - Sarkozy à Abou Dhabi ? "Il ne s'en est jamais caché"