Sanctions américaines contre la Russie : "il est temps qu'Obama s'en aille"

  • A
  • A
Sanctions américaines contre la Russie : "il est temps qu'Obama s'en aille"
Florian Philippot a aussi estimé vendredi que l'arrivée de Donald Trump au pouvoir fin janvier allait ouvrir "une période d'apaisement". @ GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Partagez sur :

Selon le responsable d'extrême-droite, Barack Obama "est dans une politique de terre brûlée pour laisser la situation la plus compliquée possible à son successeur", Donald Trump. 

Florian Philippot, vice-président du Front national, a réagi vendredi aux sanctions contre la Russie annoncées jeudi par l'administration américaine.

"Vivement l'arrivée de M. Trump". "Il est temps qu'Obama s'en aille, que cette administration s'en aille, parce qu'on sent qu'elle cherche le conflit avec la Russie", a estimé Florian Philippot ,interrogé sur France 2. "Vivement l'arrivée de Donald Trump qui signera probablement une période d'apaisement".

Ingérence ? "Un petit côté cocasse". "Obama est dans une politique de terre brûlée pour laisser la situation la plus compliquée possible à son successeur, ce n'est pas très responsable", a aussi estimé le responsable d'extrême-droite. "Entendre parler les États-Unis d'ingérence ça a toujours un petit côté cocasse, amusant parce que le grand pays de l'ingérence internationale dans les affaires des autres, qui va jusqu'à espionner par les grandes oreilles de la NSA les chefs d'État étrangers, ce sont les États-Unis".

35 Russes "persona non grata". Le président Barack Obama a annoncé jeudi une série de mesures contre la Russie après son ingérence dans l'élection présidentielle américaine, déclarant notamment "persona non grata" 35 membres des services de renseignement russes. Dans sa déclaration, le président américain a aussi indiqué qu'il avait sanctionné "neuf entités ou individus", dont le GRU et le FSB, les deux services de renseignement russes, et des entreprises qui ont fourni "un soutien matériel" aux opérations informatiques du GRU. De plus, a-t-il précisé, le Trésor américain a également sanctionné deux Russes accusés de piratages visant à collecter des fonds ou des données personnelles. Par ailleurs, le département d'État américain "ferme deux installations russes dans le Maryland et à New York, utilisées par des Russes pour du travail de renseignement".