Salaires, transports, logements… A quoi a droit le président de la République ?

  • A
  • A
Salaires, transports, logements… A quoi a droit le président de la République ?
Le chef de l’Etat peut utiliser plusieurs avions : un Airbus A330-200 et six jets Falcon.@ ERIC FEFERBERG / AFP
Partagez sur :

Lui président de la République, Emmanuel Macron pourra profiter, eu égard à sa fonction, d’un salaire et d’un train de vie plus que confortables.

La fonction de président de la République est une charge lourde. Mais compensée par des avantages non négligeables, afin que le chef de l’Etat soit tout à sa tâche. L’hôte de l’Elysée bénéficie ainsi de revenus confortables, de plusieurs résidences, mais aussi de larges facilités de déplacement. Revue de détail de ce dont pourra profiter Emmanuel Macron dès dimanche.

  • Des revenus de l’ordre de 15.000 euros brut mensuels

Longtemps, c’est l’opacité qui a prévalu en matière de revenus du président de la République, puisque chaque titulaire du mandat fixait lui-même son salaire dès son arrivée à l’Elysée. C’est Nicolas Sarkozy qui  impose la transparence à ce sujet. Mais le montant fait polémique. L’ancien chef de l’Etat le fixe à 19.331 euros nets mensuels, aligné sur le salaire du Premier ministre. Une augmentation de 170% par rapport au salaire (officiel) de son prédécesseur, Jacques Chirac. À son arrivée à l’Elysée, et conformément à une promesse de campagne, François Hollande opère une baisse de 30% du salaire du président et le ramène à 14.910 euros bruts mensuels.

Aujourd’hui, après des augmentations modérées, indexé sur le traitement des fonctionnaires, le salaire du président de la République s’élève, selon CNews, à 14.910,31 euros bruts mensuels. Cette somme se décompose en une indemnité de base de 11.580,82 euros, une indemnité de résidence de 347,43 euros, et une indemnité de fonction non imposable de 2.982,06 euros. Le tout entièrement imposable, ce qui n’était pas le cas sous Nicolas Sarkozy.

Selon une étude de CNN, relayée par Le Figaro, le président français se classe au 7ème rang des chefs d’Etat les mieux rémunérés parmi les 12 pays les plus riches de la planète. Loin des quelque 28.500 euros mensuels du président américain, mais aussi derrière la chancelière allemande Angela Merkel, qui émarge à environ 18.000 euros par mois.  

  • Des résidences confortables

La France entière connaît le palais de l’Elysée, si célèbre qu’il est indissociable de la présidence de la République, au point d’en devenir souvent un synonyme. Le palais situé rue du Faubourg Saint-Honoré, près des Champs-Elysées, est tout à la fois le lieu de travail et le lieu de résidence principal des chefs d’Etat français. Ceux-ci ne sont toutefois pas obligés d’y habiter. Valéry Giscard d’Estaing a toujours préféré son hôtel particulier parisien, François Mitterrand et Nicolas Sarkozy ne l’ont occupé que par intermittence. Enfin, François Hollande ne s’y est installé qu’après sa rupture très médiatique d’avec Valérie Trierweiler.

Le palais de l’Elysée est la résidence principale donc, mais le président de la République dispose aussi de résidences secondaires. Le Pavillon de la Lanterne d’abord. Cette propriété très cossue, situé dans le parc du château de Versailles, était à l’origine à la disposition du Premier ministre, mais en 2007, Nicolas Sarkozy décide de se l’approprier, y passant de nombreux week-ends. François Hollande a perpétué cette nouvelle tradition avec bonheur, si bien que La Lanterne est officiellement dans le giron présidentiel depuis 2015.

bregancon

Enfin, le président de la République a également à sa disposition le Fort de Brégançon, dans le Var. Construit sur un ilôt relié à la berge par un ponton, le bâtiment a été confié au Centre des monuments nationaux après une décision de François Hollande datant de 2014. Il est depuis cette date ouvert au public, mais le chef de l’Etat peut encore s’y rendre quand bon lui semble. Peu utilisé, le Fort de Brégançon est parfois le lieu de réunions de travail estivales. François Hollande s’y est rendu pour ses premières vacances, controversées, à l’été 2012. Il n’y est retourné qu’une seule fois, à l’été 2014. Reste à savoir comment Emmanuel Macron utilisera ce château datant du 17ème siècle.

  • Une large flotte automobile et aérienne

Le président de la République peut disposer à sa guise du réseau SNCF. François Hollande, qui voulait trancher avec les usages de son prédécesseur, a utilisé le train au début de son mandat, mais les exigences de sécurité, qui nécessitent de sécuriser l’ensemble du trajet ferroviaire utilisé, l’ont fait vite revenir à d’autres moyens de transport.

Pour ses longs déplacements, le chef de l’Etat peut utiliser plusieurs avions. Le plus imposant, un Airbus A330-200, acheté en 2009, permet de travailler confortablement pendant un long trajet. La présidence de la République est aussi propriétaire de six jets Falcon de diverses tailles, mais aussi de six hélicoptères volumineux de typer Super Puma.

Mais le moyen de transport le plus utilisé, et le plus emblématique d’un président de la République reste la voiture. L’Elysée dispose évidemment d’un large parc automobile et de nombreux chauffeurs, mais un seul véhicule retient l’attention : celui avec lequel le tout nouveau président de la République remonte les Champs-Elysées le jour de son investiture, généralement devant une foule nombreuse. E qui est souvent sa voiture principale lors des années suivantes. En 2007, Nicolas Sarkozy avait utilisé une Peugeot 607 Paladine. En 2012, François Hollande avait opté pour une Citroën DS5 hybride. Pour Emmanuel Macron, les constructeurs font un lobbying intense mais il se murmure cette fois que c’est Renault et son Espace qui pourrait être choisi. Réponse dimanche après-midi.