Rythmes scolaires : Peillon recadré

  • A
  • A
Rythmes scolaires : Peillon recadré
@ REUTERS
Partagez sur :

Royal critique la méthode Peillon. Jean-Marc Ayrault rappelle qu'il y aura bien "concertation".

Lors du premier Conseil des ministres, jeudi, François Hollande et Jean-Marc Ayrault ont demandé à leur équipe de faire preuve d'une "solidarité sans faille" vis-à-vis des décisions prises par le gouvernement. La première désunion n'est pas venue d'un membre du gouvernement mais d'un membre important de la famille socialiste, Ségolène Royal.

Celle qui fut ministre déléguée à l'Enseignement scolaire sous le gouvernement Jospin a critiqué sans détour, jeudi, la méthode de Vincent Peillon, qui a annoncé, dès sa prise de fonctions à l'Education nationale, le retour à la semaine de cinq jours dans le primaire. Le ministre avait précisé qu'il reviendrait aux collectivités locales de fixer la "cinquième journée" au mercredi matin ou au samedi matin.            

"Une décision comme ça ne se décide pas tout seul"

Pour l'ex-candidate à la présidentielle, Vincent Peillon – avec qui elle est d'ailleurs brouillée depuis 2009 – a mal choisi son moment. "Je pense que la journée d'une passation de pouvoirs, ce n'est pas le moment de faire des annonces (…) C'est la démonstration qu'il faut faire très attention dans les annonces gouvernementales et respecter, comme l'a demandé Jean-Marc Ayrault et comme c'est inscrit dans la charte de déontologie, les démarches de consultation sur des sujets extrêmement sensibles qui mettent en cause beaucoup de choses", a estimé la présidente de Poitou-Charentes.

Ségolène Royal a ensuite calmé les ardeurs de Vincent Peillon. "Une décision comme ça ne se décide pas tout seul par un ministre. Il y a un Premier ministre, qui s'appelle Jean-Marc Ayrault et qui arbitre les choses", a-t-elle encore lâché.

"Concertation et "arbitrage" rappelle Ayrault

Face au début de polémique, Jean-Marc Ayrault a remis les choses au clair, vendredi matin. Sur France Inter, le Premier ministre n'a eu qu'un mot à la bouche : "concertation". "Il y aura une concertation avec les enseignants, les parents d'élèves, les professionnels, tous ceux qui ont leur mot à dire et puis à la fin de cette concertation, il y aura un arbitrage, je le prendrai, pour que l'objectif principal soit respecté", a annoncé le chef du gouvernement.

Un peu plus tôt dans la matinée, la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a aussi tenté de calmer le jeu, sur Europe 1, estimant "qu'il n'y avait pas d'inquiétudes à avoir sur ce sujet". "Je vous rappelle qu'une concertation est prévue, Vincent Peillon n'a jamais dit le contraire à ma connaissance", a conclu la porte-parole.